Affaire « Nihal » : L’enlèvement est la piste la plus plausible

3
NIHAL

KABYLIE (Tamurt) – Même si pour l’instant, les sources officielles n’ont soufflé aucun mot concernant les investigations en cours pour tirer au clair cette scabreuse affaire, il n’en demeure pas moins que les témoignages et les déclarations faites par les membres de la famille de la regrettée Nihal Si Mohand font que la piste de l’enlèvement suivi d’assassinat est la plus plausible.

Les déclarations en question,  plaidant en faveur de la possibilité que ça soit un enlèvement, concordent. Il y a le témoignage de la tante maternelle de Nihal. Le fils de cette dernière était en train de jouer avec la petite Nihal quand cette dernière a disparu. Lorsque sa mère lui a demandé, le lendemain, des renseignements sur ce qui s’était passé au moment où Nihal a disparu, il a répété qu’il y avait un monstre (el wahch, en kabyle est l’expression utilisée par le petit garçon) qui s’est adressé à la fillette en l’interrogeant si c’était elle Nihal ? L’innocente a répondu par l’affirmative et l’homme encagoulé l’a emporté avec lui et a disparu dans la nature. Il s’agit là du témoignage intégral tel que rapporté par la tante maternelle de Nihal. Un témoignage qui est proche de celui de la grand-mère de la fillette mais aussi avec d’autres témoignages faits par des membres de la famille. La grand-mère a même évoqué plus d’une fois le fait que ça peut s’agir d’un règlement de compte.

Le deuxième élément qui semble également de plus en plus évident est le fait que l’auteur de cet acte inqualifiable ne peut pas être un étranger à la localité car ce dernier a osé aller jusqu’au devant de la porte de la maison des grands parents de Nihal. En plus, en kidnappant la fille, il se serait adressé directement à cette dernière en prononçant son nom? Ce qui suppose qu’il la connaît de vue. Donc, il s’agit d’une personne qui connaît assez bien la famille. En plus, comment le criminel savait-il que la famille de Nihal allait arriver en ce jeudi 21 juillet à onze heures au village Ait Ali, près d’Ouacif ? Comme on peut le constater, il y a plus d’un détail qui favorise la thèse d’un enlèvement suivi d’assassinat dont l’auteur ne peut être étranger.

Tahar Khellaf pour Tamurt