Affaire Yanis Adjlia : La ligue des doits de l’Homme appelle à une mobilisation

3
Yanis Adjlia

COMMUNIQUE (Tamurt) – Le militant associatif Yanis Adjlia ⵢⴰⵏⵉⵙ ⴰⴷⵊⵍⵉⴰ président de l’association ADIC de Bejaia (droits des consommateurs) et de l’association de la Cité CNS de Bejaia a été présenté, ce mardi 11 octobre 2016, devant le tribunal administratif en tant que président des dites associations suite à une plainte déposée par le maire de Bougie en vue de leurs dissolution.

Le même militant comparaîtra le 18 octobre 2016 au tribunal de Bougie pour répondre à trois autres poursuites judiciaires, sous le chef d’inculpation d’incitation à attroupements, actionnées encore par le même maire dans l’affaire du « réaménagement » par l’APC de la statue du soldat inconnu contesté par les citoyens. Une autre plainte dont on ne sait pas encore son auteur est déposée suite au rassemblement devant la wilaya pour dénoncer la hausse des prix du transport à Bougie. Une dernière plainte est déposée par un promoteur immobilier sous le chef d’inculpation de diffamation et usage de faux pour une pétition lancée par les habitants de la Cité CNS contre le détournement d’un espace vert au profit d’une promotion immobilière.

Ces procès en série, renseignent de l’acharnement et du harcèlement de l’administration à l’encontre du militant associatif et visent en fait le musellement des associations qui sont en flagrante contradiction avec les droits d’association, d’organisation et d’expression pourtant garanties par la loi et les pactes internationaux ratifiés par l’Algérie. Le militant associatif n’a pourtant qu’exercé que son mandat en tant que responsable d’association et défenseur des droits des citoyens dans le cadre des associations qui ont pour objectifs la défense des droits des citoyen(ne)s et de l’intérêt général.

La LADDH qui suit de près cette affaire exprime toute sa solidarité avec le militant associatif Yanis ADJLIA et les associations ADIC et Cité CNS de BEJAIA menacées de dissolutions et se prépare d’ores et déjà à suivre ces procès et a se joindre a toutes les initiatives citoyennes de solidarité. Par ailleurs, elle appelle la société civile et la population à une large mobilisation pour sauvegarder les acquis arrachés par des hautes luttes et à exiger le respect du droit et l’abandon de toutes les poursuites judiciaires.

Mr Saïd SALHI Vice président LADDH Algérie.
et vice coordinateur de la coordination Maghrébine des organisations des droits humaines CMODH.

3 COMMENTAIRES

  1. Ceci est manigancé par le pouvoir colonial algéro-arabo-islamique avec la complicité des kabyles de service pour arrêter le militant associatif Yanis Adjlia ⵢⴰⵏⵉⵙ ⴰⴷⵊⵍⵉⴰ qui lutte énergiquement contre les injustices du pouvoir colonial en Kabylie.
    C’est comme ça que le régime colonial d’alger fonctionne contre tous les militants de la cause Amazigh (Berbère) et en particulier contre les militants Kabyles du MAK en inventant des ruses et des alibis pour les emprisonner ou pour les liquider physiquement.
    Pauvre algérie arabo-islamique.

  2. Yanis ADJLIA est un militant associatif actif et déterminé dans ses actions de protestations, de mobilisation et de conscientisation de la population et des consommateurs. Les citoyens de la ville de B’gayeth devraient s’en inspirer et surtout lui rendre hommage pour son engagement en leur faveur. L’association du quartier CNS qu’il préside est un modèle en matière de lutte pour un véritable statut de citoyenneté. C’est une association qui mène, à son rythme et selon ses moyens, un combat d’avant garde pour la cause Kabyle et c’est pour toutes ces raisons que Yanis est attaqué par tous les voyous de la ville à commencer par le premier d’entre eux à savoir, le P/APC du nom de Hamid MEROUANI, un ramassis FLNiste pourri dont la place est plutôt en prison. Ce maire  »Taiwan » n’hésite pas à ester en justice tous ceux parmi les honnêtes citoyens qui le gênent dans ses forfaitures et ses coups tordus. Ce fou furieux devrait savoir que Yanis Adjlia n’est pas seul dans son noble combat et qu’en s’attaquant à lui il s’attaque in-extenso à tous les militants des droits de l’Homme de la ville de B’gayeth. Que ce faux maire salisse son nom et baigne dans l’indignité c’est son problème, mais qu’il fasse attention à ne pas en faire de même pour la ville antique. Quant à Yanis, chapeau bas pour son militantisme actif et il demeure la fièreté des Bougiotes.

  3. le dit pouvoir est peut etre algero arabe, mais il n’a rien de musulman.
    La liberté n’est pas un droit, comme le dit la pensée humaine, ce n’est pas un travail ou logement,
    Pour l’islam la liberté on naît avec.
    On a pas besoin de respecter quelque chose qui est en nous, on respecte toujours quelque chose qui nous est étrange.

Comments are closed.