Afin de parer à la forte abstention en Kabylie : Le pouvoir encourage les listes indépendantes

6
affiches élections

ALGÉRIE (Tamurt) – La seule hantise du pouvoir algérien en ce moment, concernant les élections législatives du 4 mai 2017, c’est le fort taux d’abstention en Kabylie qui est prévisible du reste. Un fort taux d’abstention en Kabylie montrera, encore une fois, que c’est le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie qui détient la sympathie de la majorité des kabyles.

Donc, le pouvoir, voulant à tout prix cacher cette réalité, pourtant évidente, a décidé de tabler sur un fort taux de participation, en encourageant le foisonnement des listes indépendantes ainsi que celles des partis politiques n’ayant aucune présence réelle dans toute la Kabylie. Pourquoi ? Il s’agit en effet d’une manière de revoir, même de manière très modeste, à la hausse le taux de participation. Surtout que des moyens financiers seront mis en route afin d’encourager cette démarche. La preuve, si besoin est, c’est l’élan de mobilisation qu’enregistre ces jours-ci la liste indépendante pilotée par Nordine Ait Hamouda. Ce dernier, ancien cadre du Rassemblement pour la culture et la démocratie, a décidé de se venger de Saïd Sadi, qui l’a exclu du parti, sans appel. Il se vengera à sa manière, c’est à dire par les urnes.

En effet, on  a appris que la collecte des signatures en faveur de la liste du fils du Colonel Amirouche reçoit un accueil triomphal en Haute Kabylie. Une autre preuve que le pouvoir tient à tout prix qu’il y ait un maximum de votant le 4 mai, c’est le fait qu’il a sommé les deux partis du FFS et du RCD de participer à ce scrutin alors qu’auparavant, on a toujours été habitués que, quand l’un participait, l’autre boycottait. Cette fois-ci, le seul ennemi à abattre est le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie. Pour le pouvoir algérien, il ne faut absolument pas qu’il y ait un fort taux d’abstention le 4 mai. Tous les moyens sont mis en branle pour barrer la route à cette éventualité. Ce n’est pas un hasard si le fils de Mouloud Feraoun et les neveux d’Abane Ramdane et Ali Zamoum ont accepté de siéger dans la commission de surveillance de ces élections. Ces derniers sont loin d’ignorer combien une telle compromission va leur coûter car ils connaissent bien les positions des kabyles envers le pouvoir et tout ce qu’il représente.

Mais, quelque soit la mobilisation du pouvoir pour atteindre une forte participation en Kabylie, il ne pourra jamais convaincre quiconque que les élections se seraient déroulés dans la transparence et qu’il n’ y aura pas fraude. La preuve, même les partis qui y participent (le FFS et le RCD) crient, d’ores et déjà, à la fraude. Ils participeront quand même. Parce que 40 millions de centimes par mois et autres privilèges, ce n’est pas rien.

Tahar Khellaf pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici