Ait-Smail : Le festival de poésie sera dédié à Farid Ferragui

0
Farid Ferragui, Montréal
Farid Ferragui, Montréal

CULTURE (Tamurt) – La seizième édition du festival de la poésie organisé annuellement par l’association culturelle berbère Adrar Nfad d’Ait Smail, et qui aura lieu cette année du 22 au 24 mars 2018, a choisi cette année d’honorer l’un de nos plus grands chanteurs, à savoir : Farid Ferragui.

C’est ce qui a été annoncé par les responsables de cette association très dynamique qui a déjà organisé plusieurs éditions dédiées à d’autres personnalités du monde artistique comme Lounès Matoub, Mouloud Zedek, Boujemâa Agraw, Ali Ideflawen… Cette année le festival de la poésie amazighe aura comme invité d’honneur donc Farid Ferragui qui sera présent à cette occasion.

Un hommage sera rendu à ce chantre de la chanson sentimentale mais aussi auteur de dizaines de chansons politiques et sociales. Farid Ferragui a entamé sa carrière artistique en 1981 avec un premier album sorti en France, intitulé « Ayul igbghan tulas ». Dès la sortie de l’album, Farid Ferragui sort de l’anonymat de manière spectaculaire. Il a apporté une innovation au style de musique mais aussi sur le plan vocal à la chanson kabyle.

Farid Ferragui se produit avec un luth et une orchestration très limitée. Ceci a pour but de mettre en valeur la voix de l’artiste ainsi que ses capacités d’interprétation dans un genre qui exige d’énormes aptitudes vocales. Depuis la sortie de son premier album, Farid Ferragui a enchainé de nombreux succès ayant produit jusque-là plus d’une vingtaine d’albums tout au long de sa carrière. Il a réalisé de nombreux duos notamment avec Nouara et Yasmina. Parmi ses chansons politiques les plus connus, on peut citer celle où il dénonce le fait que les décideurs algériens avaient décidé d’inféoder le pays à l’Egypte.

Farid Ferragui cite même le nom du président Djamel Abdennacer, dans sa chanson. Farid Ferragui ne participe jamais aux festivals organisés par le pouvoir algérien. Il n’a pas pris part à l’année de l’Algérie en France ni à la manifestation Alger capitale de la culture Arabe. Ce qui fait de lui un artiste respectable et propre.

Tahar Khellaf