Ait Yahia Moussa : Quand « Pas de problème » cause trop de problèmes

4

AT YAHIA MUSA (Tamurt) – La vie n’est pas facile pour les habitants de la commune d’Ait Yahia Moussa, situé dans la daira de Draa El Mizan au sud de la wilaya de Tizi-Wezzu. Routes détériorées partout dans les localités de la commune, des embouteillages quotidiens sur la RN 25 liant la commune avec la ville de Draa Ben Khedda, les travaux de raccordement des villages de gaz arrêtés, pénurie d’eau, problème de transport… 
Le siège de la mairie est souvent fermé par des citoyens en colère et la gestion du maire, en l’occurrence Said Bougheda, obédience RND est souvent critiqué et mise en cause.

Sollicité par des habitants de cette commune, Tamurt est allé à la rencontre de ces citoyens. « La seule solution pour nous faire entendre c’est de fermer la mairie, même si cela causera des ennuis à nos concitoyens. Nous n’avons pas le choix. Nous rencontrons souvent le maire, il nous baratine et répond toujours « pas de problème », mais après aucune suite», nous a déclaré un citoyen de cette localité.

Un autre ajoute « on vient souvent ici pour exposer nos doléances au maire. Et souvent ce n’est pas pour parler d’Internet, car nos villages n’ont même pas de lignes téléphoniques, d’activités culturelles ou scientifiques ou autres choses de ce genre, non, on vient ici encore pour quelques mètres d’assainissement, quelques lampes pour l’éclairage public, de l’eau. On est en 2015 et la mairie est incapable de régler ces futilités ».
Rappelons le, cela fait une année que les élus du FFS et du FLN  de cette commune ont mis à nu la gestion du maire dans une déclaration publique. Ils ont dénoncé un détournement de plus de cent millions de centimes par le maire et ses adjoints dans l’opération d’achat des denrées alimentaires destinées aux familles démunies dans le cadre du couffin de ramdhan.
Plusieurs ministres ont déjà visité cette région historique de la Kabylie. Cette année c’était le ministre des moudjahidine M. Tayeb Zitouni, venu au début de l’année pour inaugurer une stèle à la mémoire de Krim Belkacem. Une stèle contestée par les citoyens et le mouvement associatif de la région qui selon eux « Vise à enterrer l’histoire de Krim Belkacem même après sa mort dans l’enceinte de la mairie ». Selon les citoyens, même ces ministres « Ils viennent, ils font leurs discours, ils mangent le couscous et après ils repartent sans rien apporter. »

Aghiles B.