AKBOU: Rassemblement de solidarité avec les M’ZAB

13

Akbou (Tamurt) –  Depuis les événements sanglants qu’a connu le pays des M’zab, les Kabyles n’ont de cesse de prouver leur soutien à ce peuple Amazigh qui est entrain de vivre une véritable extermination culturelle de la part du pouvoir Algérien et de ses relais arabes Chaambas.

La dernière manifestation en date est celle qui a drainé du monde sur la place des martyrs à Akbou le 16 juillet dernier.  Organisée par le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie et à leur tête son président Bouaziz Ait Chebib qui a rappeler que “LA NEUTRALITÉ EST UN ACTE DE SOUTIEN À L’ETAT ALGÉRIEN AU MOMENT OÙ IL OPÈRE UN GÉNOCIDE DANS LE MZAB””

 

akbou3Le président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, défiant les Bachaghas Sellal et Ouyehia, il a entamé son allocution en leur déniant toute appartenance à la Kabylie : «Reniés par vos propres villages, vous êtes répudiés par la Kabylie!» s’exclame-t-il avec force. Par ces menaces on ne peut plus explicites à l’encontre du MAK, l’Etat algérien cherche d’une part à couper le Mzab de toute solidarité, en particulier celle de la Kabylie, et d’autre part il prépare le terrain à une éventuelle «rafle» des responsables du MAK.

Cependant, le MAK, loin d’être intimidé par les oiseaux de mauvais augure que sont Sellal et Ouyehia, il répond par la voix de son président : «Vos menaces ne valent rien devant notre détermination à aller jusqu’au bout de notre objectif : la libération de la Kabylie !» clame le président du MAK en direction des deux (2) KDS chargés de la sale besogne. Puis il poursuit en évoquant le sort tragique des Mozabites : «L’Etat colonial algérien a sous-traité les châambas pour réaliser son plan diabolique d’extinction du peuple mozabite parce que ce peuple n’est pas un peuple arabe et qu’il refuse de s’assimiler : c’est le vrai visage de l’Etat algérien qui vient d’être dévoilé par cet acharnement raciste contre les amazighs du Mzab».

De plus, précisera le président du MAK, « la conjoncture économique se prête à l’épuration ethnique du Mzab car ce sont les Mozabites qui ont bâtis les cités du Mzab. Et eux seuls sont susceptibles de s’opposer à la destruction de leurs cités et de leur patrimoine millénaire » explique-t-il. Puis, précisant son propos, Bouaziz Ait-Chebib poursuit : «Devant les prix du pétrole et du gaz qui n’arrêtent pas de diminuer, les décideurs algériens opèrent une épuration ethnique au Mzab afin de contrôler ce territoire qui regorge d’énormes richesses. On ne peut pas qualifier cette attitude autrement que de colonialiste»

akbou

Enfin, abordant l’arrestation de Kameleddine Fekhar et de ses compagnons, Bouaziz Ait Chebib a mis en évidence les objectifs de cette arrestation : «l’Etat algérien veut museler toute voix de protection et de libération du pays Mzab. C’est pour cela qu’il fait arrêter celui qui a mis à nu le caractère colonial de l’Etat algérien et le génocide qu’il est en train de pratiquer sur le peuple mozabite».

Relevant l’incroyable culot de l’Etat despotique d’Alger, Bouaziz Ait-Chebib rappelle que les détenus mozabites, à leur tête Kameleddine Fekhar, sont «accablés de tous les crimes dont ils sont les victimes». Puis le président du MAK dira qu’il n’y a «rien à attendre des décideurs algériens», que «seule la mobilisation et l’internationalisation de la question mozabite peuventt faire fléchir l’Etat algérien pour qu’il arrête son entreprise coloniale». et que c’est à cet effet que «le MAK appelle toutes les consciences éprises de justice, de liberté et de dignité humaine à se mobiliser pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de Kameleddine Fekhar et ses codétenus».

Puis revenant une nouvelle fois sur les accusations portées contre le MAK qui serait derrière ce qui se passe dans le Mzab, Bouaziz Ait-Chebib relève que cette accusation est avant tout une insulte aux mozabites que l’on traite de mineurs : « Sellal et Ouyahia font preuve de mépris à l’égard du peuple Mozabite en considérant qu’il est manipulé. Le peuple mozabite est mature et n’a pas besoin de tuteur. C’est parce qu’il refuse d’être encore et toujours dupé qu’on lui colle toute sorte d’accusation. Les régimes totalitaires craignent toujours la marche des peuples qu’ils oppriment vers leur libération et tentent vainement de les discréditer en inventant l’impensable implication d’une main étrangère. Or ceux qui tuent à Ghardaia sont les gendarmes et les policiers algériens avec leurs alliés : les châambas ! De ce fait la seule main étrangère que l’on constate c’est bel et bien celle de l’Algérie arabo-islamique».

 

akbou2

Bouaziz Ait Chebib fera également remarquer la solidarité sélective de cette “nation algérienne” dont on nous rabâche les oreilles : «plusieurs marches ont eu lieu pour soutenir Ain Salah dans l’affaire du Gaz de schiste mais quand il s’agit des mozabites, les algériens adoptent la même attitude qu’ils ont déjà eu vis-à-vis de la Kabylie au printemps noir de 2001 : l’indifférence!». Alors, s’exclame-t-il : «Il s’agit là d’un racisme anti-amazigh cautionné même par les partis à ancrage kabyle qui brillent par leur silence ou par des déclarations moribondes où l’agresseur et l’agressé sont mis à pied d’égalité … Comme en 2001, le mutisme devant le massacre des mozabites n’est rien d’autre qu’une complicité. La neutralité en pareille circonstance est un acte de soutien à l’Etat algérien au moment précis où il opère le génocide du peuple amazigh du Mzab ».

Enfin, conclue-t-il : «Après la mémorable leçon de 2001, ce qui se passe à Ghardaia nous rappelle encore une fois que le salut des peuples Amazighs passe impérativement par le recouvrement de leur souveraineté» avant de finir sur une note d’espoir en rappelant que : « aucun colonialisme n’est éternel. Aucune répression ne peut venir à bout de la marche d’un peuple sur le chemin de son destin. Le peuple kabyle et le peuple mozabite finiront tôt ou tard par triompher du colonialisme algérien, de même que l’ensemble des peuples Amazighs qui prendront conscience de leur statut d’éternels colonisés ».

Tamurt