Algérie – Alger: Des jeunes du pré emploi empêchés de manifester devant l’APN

0

Les jeunes recrutés dans le cadre du dispositif du pré emploi ont organisé ce dimanche 5 mai un rassemblement devant l’ Assemblée Populaire Nationale (APN) qui s’est soldé par des arrestations. Femmes et hommes étaient au rendez-vous en présence d’un important dispositif sécuritaire.

Les jeunes du pré emploi sont venus manifester pour demander l’intégration, l’annulation du dispositif du pré emploi et surtout que leurs années du travail soient comptabilisées dans la retraite… ”Ni le Ministre du travail Tayeb Louh qui par le biais de la presse nous fait de fausses promesses, ni le président de la République n’ont donné écho à nos revendications” regrette un membre du comité du pré emploi créée voilà deux ans .

“Les policiers nous ont dispersés violemment” témoigne un membre du comité du pré emploi affilié au SNAPAP. L’important dispositif sécuritaire a encadré le sit in de sorte à empêcher une marche. Malgré tout, les manifestants ont tenté de marcher pour atteindre ainsi le long du boulevard Zighout Youcef.

Leur tentative a réussi sur quelques mètres à peine mais l’important dispositif sécuritaire l’a mis en échec. Les policiers ne cessaient de répondre aux jeunes du pré emploi qui s’obstinaient à rester aux environs de l’APN qu’ils ont reçu des ordres de les empêcher. “On en est habitués. C’est une coutume! “ ironise l’un des jeunes du pré emploi qui précise que les arrestations et la répression sont inévitables à chaque fois qu’ils organisent un sit in. “Il faut marquer notre présence” insiste l’un d’eux.

Les jeunes hommes et les jeunes femmes que nous avons rencontrés sur les lieux de la manifestation sont venus de plusieurs wilayas du pays (M’sila,Boumerdès,Jijel,Skikda,Tizi Ouzou ,Bejaiai,El Oued …). Ils sont arrivés la veille pour la plupart (plusieurs se sont débrouillés avec des moyens financiers dérisoires pour trouver où passer la nuit) pour exprimer leur désarroi quant au dispositif du pré emploi qui constituent selon eux une réponse “absurde”au chômage.

“Ce dispositif ne répond à aucune logique” nous explique un jeune, la trentaine, marié, diplômé en sciences juridiques et qui travaille comme agent de saisie dans une APC depuis deux ans. Il est payé à 15 000 da le mois. “Des salaires dérisoires qui n’arrivent pas à temps, deux à trois mois de décalage” témoigne une jeune femme originaire de Boumerdès.

Les salaires des jeunes recrutés dans le cadre du pré emploi varie selon nos interlocuteurs entre 5000 et 15 000 da. “En plus, on est considérés comme des moins que rien dans le milieu professionnel. On est des bouche-trous “conclut- elle. “Le pré est là mais l’emploi makench” ironise un membre du comité.

Par ailleurs, nous apprenons qu’une membre du bureau national du SNAPAP présente au sit in a été hospitalisée pour avoir été brutalisée selon certains témoins.