Algérie : Le président de l’APN exclu du FLN

0
Said Bouhadja
Said Bouhadja

ALGERIE (Tamurt) – La crise politique qui secoue l’Algérie au plus haut sommet de l’Etat vient de franchir un pas dangereux qui risque de mettre le feu aux poudres. En effet, au moment où l’on s’attendait à ce que le conflit en question soit aplani grâce notamment à l’annonce de la démission, tant attendue par certains, du président de l’Assemblée populaire nationale–APN, le FLN (Front de Libération Nationale) vient de prendre une décision radicale.

Il s’agit de l’exclusion pure et simple de Said Bouhadja des rangs du FLN. C’est Djamel Ould Abbès, secrétaire général de l’ex-parti unique, en personne, qui a annoncé cette décision extrême qui va encore contribuer à corser un bras de fer déjà n’ayant trop duré. Ould Abbès a aussi annoncé que le FLN a pris la décision de présenter le même Said Bouhadja devant la commission de discipline du parti suite à son refus catégorique de démissionner de la présidence de l’APN.

Ainsi le FLN, comme toujours, ose s’ériger en appareil politique supérieur même à la loi et la Constitution. En effet, si l’on réfère à la Constitution algérienne, la décision et les pressions du FLN sur Said Bouhadja sont tout à fait illégales. Il n’y a que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a la prérogative de mettre un terme au mandat de Said Bouhadja à la tête de l’APN. Or, jusqu’à cet instant, Bouteflika observe un silence de marbre concernant le gel de l’APN.

Notons que Ould Abbès a déclaré la guerre véritablement à Said Bouhadja. Le SG du FLN commence à s’attaquer, en usant des termes acerbes, à Bouhadja en le qualifiant, entre autres, « d’ingrat ».

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici