Algérie : les élections présidentielles du 4 juillet seront annulées

0

ALGERIE (TAMURT) – L’état major de l’armée algérienne, par la voix de son chef, le général Ahmed Gaid-Salah, annoncera dans les prochains jours l’annulation et le report des élections présidentielles, initialement prévues le 4 juillet prochain. La poursuite des grandes marches, surtout celles du vendredi, et le refus les maires et des magistrats de superviser ce vote sont des éléments qui plaident en faveur de son annulation.

Mais les décideurs de l’armée ne veulent pas se précipiter dans l’annonce des décisions prises afin d’éviter que cette feuille de route ne soit interprétée comme une étant un coup d’Etat. Il s’agit d’aller en douceur, mais sûrement. L’échec annoncé de la rencontre de consultation initiée par Abdelkader Bensalah, chef de l’état par intérim, pour aujourd’hui sera l’avant goût d’un début de mise en veilleuse de l’option de la présidentielle du 4 juillet. La rencontre de Bensalah, qui fait partie du clan de Bouteflika, est boycottée même par les supporters les plus zélés du président démis.

Donc, Bensalah se retrouvera seul face à son ombre en ce lundi. Ce qui, en toute logique, poussera le clan de Bouteflika, incarné par Bensalah et Bedoui, entre autres à tirer des leçons avant qu’il ne soit trop tard. Leur persistance à ne pas démissionner engendrera une situation d’impasse qui verra l’armée prendre les mesures nécessaires comme elle l’a fait d’abord avec Bouteflika puis avec Belaiz.

En tout état de cause, l’Algérie se dirige vers une longue période de transition. A partir du 4 juillet, c’est l’armée qui prendra officiellement les rênes, sans partage. Le clan de Tewfik et celui de Bouteflika vont-ils capituler enfin ? Rien n’est moins sûr au vu de la virulence des propos tenus par Gaid Salah lors de sa dernière sortie contre le général Tewfik. Le pire est à craindre dans une Algérie plus que jamais fragilisée.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici