Algérie : L’ISP interpelle Bouteflika au sujet des atteintes aux droits syndicaux

3

ALGÉRIE (Tamurt) – Tout en déclarant parler au nom de cette organisation non gouvernementale et ses 20 millions de membres dans le monde entier, le rédacteur dénonce vivement les violations et atteintes aux droits syndicaux et droits humains en Algérie.

Dans cette missive, il est souligné qu’il y a un constat clair que la répression policière et les entraves à la liberté d’expression et de manifestation s’intensifient en Algérie malgré de prétendues réformes politiques. Ce dernier rappelle que la grève générale suivie majoritairement dans tous les secteurs de la justice laquelle a été suivie de rassemblements en masse de travailleurs, a été réprimée sauvagement par la tutelle qui a procédé à plusieurs interpellations et arrestations.

Certains ont été même suspendus ou licenciés pour avoir observé cette grève, ce qui est une violation de la constitution algérienne, notamment ses articles 56 et 57 et des lois 90/11 et 90/14 relatives aux relations de travail et au droit à l’exercice syndical. L’ISP dénonce l’attitude inhumaine et méprisante de la tutelle vis-à-vis des travailleurs du secteur de la justice qui souhaitent seulement faire entendre leurs revendications légitimes: Ils revendiquent simplement l’application des engagements pris par le ministère lors des assises du 22 février 2011, à savoir l’amélioration du pouvoir d’achat des fonctionnaires à travers l’augmentation des salaires, ce qui mettrait un terme à la précarité des travailleurs de ce secteur.

En conclusion, un appel a été lancé au gouvernement algérien pour qu’il entame des négociations et ouvre un dialogue social qui pourrait dénouer cette crise qui perdure depuis le déclenchement de cette grève. Les membres de l’ISP l’exhortent aussi à prendre les mesures nécessaires au bon respect des droits fondamentaux au travail t compris les droits syndicaux et les libertés civiles.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici