Algérie : Offensive médiatique du pouvoir contre la Kabylie

13

ALGÉRIE (Tamurt) – Ainsi, par presse inféodée, le régime criminel d’Alger semble être emporté par la vague de haine distillée par certains de ces titres pour se retrouver à la tête d’une cabale médiatique et historique visant à évincer la Kabylie des glorieuses pages d’histoire de tout le pays. Ainsi, on assiste médusés à une montée sans précédent du sentiment antikabyle, que le pouvoir assume via ses relais.

Depuis quelques jours, hormis les attaques contre le défunt colonel Amirouche et bien sûr le président du MAK, M. Ferhat Mehenni, les supplétifs du pouvoir s’acharnent contre M. Hocine Aït-Ahmed, en voulant réduire son rôle durant le congrès de Bandoeng. Cette tâche échoit désormais à Mohamed Larbi, alias Demagh El Atrous, « la cervelle du bouc ».

Ait Ahmed qui était chef de la délégation FLN au congrès, s’est vu réduire son rôle de diplomate pour l’accorder à une seconde personne, en l’occurrence M’hamed Yazid. La presse algérienne qui a rapporté l’information faisait état d’un acharnement de Demagh El Atrous contre la personne d’Ait-Ahmed, pourtant l’histoire est bien là pour remettre les pendules à l’heure. Abdelkader Bouselham, qui été présent à la rencontre a tenu, tout de même, à corriger cette gravissime erreur d’El Atrous, en expliquant à l’assistance le rôle majeur joué par Ait-Ahmed durant la rencontre du 18 avril 1955.

Cette affaire pourrait, à la limite, être fortuite, d’abord elle émane d’un personnage connu pour ses pérégrinations, mais le moment choisi pour réduire l’apport de Hocine Aït-Ahmed à la révolution pose ainsi problème. Et pour cause, pourquoi Demagh El Atrous a-t-il choisi ce moment précis pour s’en prendre à Aït-Ahmed? Pourquoi la machine médiatique du régime s’est-elle mise en marche subitement à l’approche de l’annonce d’un gouvernement kabyle provisoire? Pourquoi leur haine qui n’épargne le défunt Amirouche, s’en prend-elle à un historique toujours en vie? Pourquoi le pouvoir a-t-il refusé un projet environnemental pour la wilaya de Tizi-Ouzou financé par le PNUD, pour le dévier au profit d’une autre wilaya?
Tant et tant de questions pourraient être posées concernant cette sortie, pour le moins que l’on puisse dire, mesquine.

En réalité, cette cabale vise à attenter d’abord à la mémoire de nos héros tombés pour l’Algérie. Faire de la Kabylie un abcès de fixation pour tous les aventuriers du régime, et surtout la diaboliser par ces contorsions historiques qui ne travaillent que l’intérêt des clans au pouvoir, et la désigner ainsi incapable de s’autogérer, notamment à l’approche de l’annonce de son gouvernement provisoire.

Amnay Ait Ifilkou