Algérie, un juge demande un interprète pour comprendre un Chinois qui lui a parlé en tamazight

13
Tribunal de chéraga
Tribunal de chéraga

ALGERIE (TAMURT) – L’histoire est véridique. Un juge du tribunal de Chéraga, banlieue proche d’Alger, était, au début de cette semaine, étonné d’entendre à l’audience un Chinois s’exprimer en tamazight et correctement. Ce dernier, commerçant de métier, aurait déposé une plainte contre un autre commerçant algérien pour escroquerie. Le jour de l’audience à Chéraga, le juge avait demandé un interprète Chinois pour comprendre la cause et les détails de la plainte du plaignant Chinois, récemment établi à Alger.

« Je n’ai pas besoin d’un interprète. Je parle correctement la langue officiel de ce pays tamazight », a répliqué le Chinois évidement en tamazight. Le juge chargé de l’affaire s’attendait à tout sauf à ce qu’un Chinois installé à Alger depuis à peine un an s’exprimer en langue tamazight. Il avait surtout honte de ne pas comprendre la langue officielle de son pays, tamazight, face à un étranger asiatique qui s’exprime sans soucis et à l’aise dans cette langue.

Le juge du tribunal de Chéraga était dans l’obligation effectivement de faire appel à un interprète pour comprendre tamazight. Heureusement un avocat kabyle était présent à l’audience et a expliqué au juge la requête du Chinois. Une histoire qui résume à elle seule la bêtise d’une bonne partie des Algériens qui rejettent leur identité depuis 14 siècles. Une gifle à un peuple maudit qui est raciste envers lui même. Un fait unique au monde auquel aucun sociologue ni historien n’a trouvé une explication.

Ravah Amokrane

13 COMMENTAIRES

  1. Et pendant ce temps, pendant que les algériens se déchirent entre berbères autoproclamés  » lignée pure » de la berberie mythique face aux berbères prétendument arabisés, ou encore aux arabes berbérisés, le tout plus ou moins islamisés…..pendant ce temps….les chinois prennent possession de la face cachés de la lune grâce aux compétences de leurs universités financés par les pétro-dollars et gazo-dinars convertibles que leur procure l’inondation du marché algérien de leurs produits  » cheap » et de basse qualité ou les faramineux contrats de BTP que l’Algérie sous-traite faute de compétences et de savoirs faire. Pauvre Algérie, pauvres algériens…que leurs préoccupations identitaires et leur lamentable gouvernance mène droit dans le mur….

  2. Mon sentiment est que l’Algérie et la kabylie ne pourront pas coexister encore longtemps sous le même Etat. Fatalement l’un des deux disparaîtra, puisqu’ils sont aux antipodes. La kabylie, tant qu’elle n’avait pas subit des attaques de l’interieur et que son socle culturel et social était demeuré intact, elle a survécu depuis des siècles immémoriaux. L’Algérie de création plus récente est un assemblage hétéroclite, comme tu le soulignes souvent, de résidus Turcs, arabes, albanais( comme Messali), maltais etc, ne résistera pas à sa désintégration. Demeureront les populations autochtones d’origine sur leur propre territoire, chaouis, kabyles, Touaregs etc. Un repli stratégique est d’ores et déjà nécessaire pour éviter de le faire à chaud.

  3. La synthèse de ma pensée est la suivante: ou c’est l’Algérie Amazigh demain matin alors c’est toute l’Algerie qui redevient ce qu’elle a été oubien c’est la Kabylie. En atendant soutenons le MAK. La démarche des archs était une Algerie Amazigh et rien que cela, ce qui rendrait fluide la communication Etat/citoyen. Visiblement la caste a trop d’interets pour recentrer l’Etat sur ses fondements historiques. Ce que je dis c’est la condition existentielle pour faire une Algérie. Pas de triptyque mais recentrage sur les fondamentaux Amazighs. Dans le cas contraire vaut mieux le MAK

  4. « désarabisation totale profonde de l’état », un vrai délire, depuis 39 ans que nous sommes dans cette incantation, la kabylie ne fait que se rétrécir, autant sur le plan géographique que linguistique. L’agression multiforme que subit la kabylie viendra à bout de sa résistance séculaire. Dans moins d’une génération, si rien de spécifique n’est entrepris pour sauvegarder son socle identitaire, il en restera rien, à part la caricature folklorique que le régime se chargera de renforcer comme on le voit pour « yennayer » et les commémorations hypocrites. Se replier sur nos terres et sauver ce qui peut l’être, voila la solution. L’Algerie sombrera et disparaitra, en tant que telle, dès que le pétrole sera asséché.

  5. Derriére toute cette farce des faux arabes, il y a des résidus de turcs qui se cachent l’arabité- boumediene était kouliglis comme benbadis et messali…

  6. En France on est 7000 000 de Kabyles, mais on nous impose la souvenaineté francaise qui passe par la langue Francaise. En Algérie berbére les arabes doivent s’adapter et assumer la langue Amazigh. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas se sentir arabes, mais ils doivent savoir que la souverainetè ne se partage pas. En arabie saoudite ils doivent arabiser les kabyles s’il y en a. Mais en Algérie s’ils font cela c’est du colonialisme.

  7. Les autres régions se disent arabes parce que l’Etat se dit arabe. Dès que l’Etat sera libéré de l’arabité le reste des Algériens suivra le flux. Le recours à l’islam est juste par manque de substrat culturel alternatif à l’Amazighité que la junte se l’a inventé, une sorte de cache-poussières-. Le problème est que l’on donne pour définitive l’arabité de cette partie, alors que ce n’est que cette masse naturelle qui fait masse populaire qui n’a pas de solidité.
    Ceci signifie que la Kabylie est la partie pensante et motrice. Voilà pourquoi nous ne devrions pas accepter d’Algérie unie par le triptyque, ce purgatoire anthropologique qui fait plus dans l’incertitude élevée à constante là où l’identité devait etre ce qui est solide coté au certain. Ceci passe par la désarabisation totale profonde de l’Etat. Oui dans le cas contraire l’indépendance Kabyle sera l’unique vraie solution viable.

  8. En Algeristan, on parle de nous comme d’une minorité, vous réclamez l’amazighité pour toute l’Algerie, moi je dis, il faut avoir les moyens de sa politique et commencer d’abord par sauver la Kabylie, là où les gens se sentent vraiment kabyles et défendent leur langue et leur culture. Une partie du reste de l’Algerie dit qie nous avons été arabisé par l’islam et c’ très bien comme cela. Nous ne sommes pas preneurs de leur islamo-aliénationavec pour corollaire une assimilation arabisante rampante. Pourquoi dans ce cas vouloir leur imposer l’amazighité dont ils n’en veulent pas. La seule solution serait que chacune des parties gère son territoire et enseigne sa langue maternelle a ses enfants.

  9. Je suis tout à fait d’accord avec votre raisonnement mais a la condition qu’il s’applique réciproquement c a d, reconnaître que imposer l’idée que tous les algériens sont arabes, est une grande tricherie car ils ne le sont pas tous. Imposer L’ARABE à tous les algériens est la la pire des injustices, car il y’a des kabyles, des vrais, il faut respecter leur amour pour leur langue maternelle, le kabyle, et leur refus d’apprendre la langue ARABE, la langue du colon. Qui sont ils pour ARABISER de force, les kabyles ???
    Nous sommes pour que chacun utilise et travaille dans sa langue maternelle.

  10. L’ Algérie n’ a jamais été État arabe. En France aussi( il y a plus de kabyles en France que de vrais arabes en Algérie), il y a des kabyles mais la souveraineté est Française. En Jordanie vous avez 90% de palestiniens mais la souveraineté est Hachémite. En Algérie les militaires après leur coup d’État de 62 ont créé l’ idée d’ Un État arabe, cet « État  » centraliste a induit cette tendance à s’ uniformiser à l’ arabite’ mais sans trop de conviction, si bien que c’ est une adhésion Qui a besoin de justification, bête mais sert la question non dite: je ne me sent pas arabe, donc je m’ invente  » l’ arabisation par l’ islam « . Une auto-suggestion collective qui ne tient pas, vu que les iraniens ni les turcs ne le font. Donc la question devrait être:
    sont Ils pour nous faire subir l’ État arabe et l’ arabisation?

  11. Imposer l’idée que tous les Algériens sont Amazighs, est une tricherie car, ils ne le sont pas tous.
    Imposer TamaziYt à tous les Algériens est la plus grande des injustices dont j’ai pu prendre connaissance. Parmi nous, il y’a des Arabes, des vrais, il faut respecter leur amour pour leur langue maternelle et leur refus d’apprendre notre langue. C’est un minimum en matière de droits humains. Qui sommes nous pour les berbériser de force? nom de Dieu.

  12. Le régime criminel parlerait toutes les langues mais jamais celle de sa victime. Si le pouvoir parlait Amazigh sa pensée serait verifiable et ses limites seront dictée par l’éthique du peuple. La langue exprime la pensée, dès que vous vous installez dans le contexte du peuple le rapport est horizontal, dès que l’Etat a besoin de rompre cette égalité et se positionner verticalement il a besoin de mur sémantique et de langue etrange pour sa communication . Voilà pourquoi un chinois qui a interet de rentrer en empathie avec le contexte n’est pas dans la vision du régime colonial légué par De Gaulle.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici