Algérie : vers un remaniement ministériel pour cette semaine

59

ALGERIE (Tamurt) – Selon des indiscrétions, c’est la tête de l’actuel Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui est mise aux enchères politiques publiques. Pour ainsi dire, il s’est blotti dans un silence qui en dit long sur sa mauvaise posture.

La rumeur fait rage, depuis deux jours au sein des cercles médiatiques algérois. L’on évoque avec insistance le départ d’Ouyahia, pourtant fidèle serviteur du pouvoir, mais néanmoins assis sur une chaise éjectable dans le cas où, le pouvoir serait dépassé par la grogne de la rue.

Immolation dans les quatre coins du pays, appels incessants à des actions de rue, grèves à répétition, le syndrome de la Tunisie est craint en Algérie, surtout avec une Kabylie totalement acquise aux idées autonomistes prônées par le MAK et le Gouvernement Provisoire Kabyle (G.P.K.) que préside M. Ferhat Mehenni. Devant cet état de fait, même si la rue est verrouillée par une forte présence policière depuis le début du mouvement anti-Ben Ali, les dernières manifestations qu’a connu le pays ont donné une sorte d’assise populaire à un probable soulèvement qui ne manquera pas de hisser la revendication du départ de Bouteflika vers le haut.

Les dernières manifestations provoquées par une hausse des prix de certains produits alimentaires, ont été la goutte qui a fait déborder le vase, mais il n’en demeure pas moins que la situation est explosive depuis plusieurs années. Avec un champ politique et médiatique fermé, avec une répression féroce, des assassinats, une paupérisation sans limite…l’Algérie est – comme le dit un câble de Wikileaks – assise sur un volcan.