Les Algériens et le pouvoir boudent la célébration du congrès de la Soummam

5
célébration du congrès de la Soummam

ALGÉRIE (Tamurt) – Pratiquement aucun algérien ne s’est rendu à IIfri pour célébrer le 61e anniversaire du congrès de la Soummam. Hormis quelques militants du FFS arabophones, qui se mobilisent juste à la veille des échéances électorales, les algériens et leur régime ont complètement tourné leur dos à cet événement.

Un congrès qui a permis pourtant l’indépendance de l’Algérie en 1962. Seuls les kabyles se sont rendus sur les lieux qui a abrité les travaux du congrès de la Soummam. Un mépris qui en dit long sur la haine des algériens envers les kabyles. Si cet événement, qui a donné un sens politique à la guerre de libération, a eu lieu en dehors de la Kabylie, même Bouteflika s’y serait déplacé sur son fauteuil. Pour faire un peu d’ombre à l’anniversaire du congrès de la Soummam, la presse algérienne parle plus des attaques meurtrières du nord Constantinois, le 20 août 1955, qui ont été menées par Zighoud Youcef. Des attaques contre les civils et les juifs condamnés même par les chefs historiques kabyles.

« Les événements du nord Contantinois étaient un obstacle pour nous les Algériens à inscrire notre cause à l’ONU. C’était des attaques barbares et une erreur fatale contre les civils », a précisé Hocine Aït Ahmed, le représentant de l’Algérie à l’ONU. Des femmes ont été violées par les hommes de Zighoud Youcef et des enfants ont été tués sans aucun état d’âme. Même les juifs qui soutenaient la révolution algériennes ont été massacrés. Zighoud Youcef, à travers sont action terroriste, a éloigné les juifs de la cause Algérienne pour se ranger derrière l’armée Française qui les a protégés.

Ravah Amokrane 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici