Ali Ghediri récidive et offense le peuple kabyle, au nom de qui parle le général

5
Ali Ghediri Bouteflika et Toufik
Ali Ghediri Bouteflika et Toufik

ALGERIE (TAMURT) – Chassez le naturel, il revient au galop. Il est difficile voire impossible d’avoir un esprit critique ou quelconque ouverture quand on a passé 45 ans de sa vie à pérorer oui hadarat, à vos ordres mon caporal! C’est vraisemblablement le cas du général major Ali Ghediri, cet adolescent politique de 65 ans, qui à défaut d’éloquence et de programme politique, s’est attaqué ce 19 mars aux Kabyles dans un média algérien, dans des termes abjectes, au point de les réduire à de simples tubes digestifs.

Une attitude d’une arrogance insoupçonnée qui nous rappelle des réactions colonialistes et nous renseigne surtout sur l’archaïsme des parrains de ce soldat dans la gestion d’un État et la soi-disant deuxième république. Selon cet ex candidat du DRS, l’État algérien est trop fragile pour transférer des pouvoirs aux régions qui le réclament. Il dit que la nation algérienne est de constitution récente (la simple déclaration de novembre 1954). Confirmant sans le savoir la position de Ferhat Abas. Par populisme ou par ignorance, notre « Douctour » essaye de dissimuler une vérité historique. Si la révolution algérienne a réussi, c’est grâce à une large autonomie des six régions (wilayas). C’est bien Krim Belkacem, en opposition à Boudiaf, qui a exigé que la Kabylie soit une région à part entière dans ses frontières ethnolinguistiques.

Plus insolite, le diplômé de Leningrad, dont il faut sérieusement s’interroger sur la véracité de son parcours académique, pervertit tout bonnement le sens des mots. Ainsi, selon le dictionnaire du DRS : fédérer est synonyme de diviser. Pas la peine de demander l’avis Da Youssef, mon prof de français au lycée d’Akbou, pour mettre un grand warun (zéro) à l’élève Ghediri.
Se sentant plus royaliste qu’un Roi et comme Marie-Antoinette, le général major Ali Ghediri, toute honte bue, compare les aspirations d’autodétermination du peuple kabyle à un simple quémandage de besoins socioéconomiques. S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche a dit en 1789 l’épouse de Louis XVI. En 2019, Ali Ghediri cite le droit au travail, au logement, aux soins et envisage des dizaines d’années pour que lui et sa bande du DRS puissent les offrir comme une sorte d’aumône aux Kabyles au même titre qu’aux gens d’In Salah, des Aurès et de Tindouf.
Une question mérite d’être posée. Ali Ghediri parle t-il au nom du DRS, cet État profond qui gère le pays et qui est derrière ces parades mystérieuses? Il faut être candidement naïf pour penser le contraire.

À l’image de Boumediene, Chadli ou Ben Bella etc.,Bouteflika doit partir un jour. Par contre, le système de la police politique avec ses milliers d’agents et d’indics résistera. Ce système va continuer de priver nos militants de leurs passeports. Il va continuer de nommer des petits caïds à la tête de nos daïras pour surveiller nos cafés littéraires. Ce système placera des walis qui ne parlent même pas notre langue et qui peuvent limoger devant les caméras de télé des maires élus par la population. Ce système, grâce à des moyens colossaux place ses valets, souvent ignares, à la tête des universités, des secteurs de la culture, du sport et des médias pour tout embrigader et empêcher le peuple kabyle d’être lui-même.

Néanmoins, la balle est dans notre camp. Soit on continue de se chamailler en s’autoproclamant les seuls représentants du peuple kabyle. Soit on passe le relais à la nouvelle génération pour ouvrir des canaux de dialogue et de concertation entre tous les courants politiques kabyles afin de s’entendre sur l’essentiel : l’édification d’un État kabyle.
Le temps presse, nos ennemis nous guettent. Pas de place pour le nombrilisme, le culte de la personnalité et les rancœurs. Seul l’avenir du peuple kabyle, nous importe.

Linda At-Wali

5 COMMENTAIRES

  1. Nous les cbaouis, on est solidaire avec les kabyles. On est tous des berbères, au diable Bouteflika et sa clique

  2. Il faut savoir ce que cherchent les Kabyles. ????..a croire qu’en Algérie il ya les Kabyles et le reste des algériens…il ya autant de chaoui , Mzab , Targui amazigh et minorité d’Arabes …. j’ai pensé qu’on a le même combat ..

  3. De tout cœur avec toi, Linda. Soit les Kabyles s’unissent ,(pour une fois, a ddin qessam) pour leur souveraineté, soit ils continuent à servir les autres et disparaîtront ainsi dans le moule algérien.

  4. Je l’ai écrit et réécrit, un esprit au garde à vous ne sera jamais le recours pour apporter le printemps. Ce général chauvin, abreuvé toute sa vie au discours ultra-nationaliste de l’arabisme, formaté dans les laboratoires de la sécuritate de boumediène n’apportera, une fois de plus, que le malheur à la population kabyle. C’est pour cela que m’apparaissait bizarre le soutien de Mokrane Ait Larbi. Ce mariage de la carpe et du lapin était inconcevable et sonnait en creux à l’oreille de tous les kabyles avertis. Maintenant que la nuit de noce est passée, la nature intrinsèque de cet arabe reprend le dessus, l’insulte du peuple kabyle comme gage de reconnaissance par ses troupes de l’algeristan.

  5. Le DRS est l’officine de malheur algérien. Son ancetre la gestapo assassinait Abane et leur organe de presse-citron, el moudjahid de titrer « Abane tombé au champ d’honneur.. ». Tenez vous bien c’est l’un des piliers le président de l’ANR qui passe pour laic et fut rédacteur en chef.

    S’ils ont liquidé tous ceux qui pouvaient les géner c’est parce qu’ils savent que l’équation ne fonctinne que unilatéralement, une arabisation totale et tant qu’il subsiste un brin de Kabylité la vérité risque de refaire surface, comme l’avait prédit « un jour tout ces pays redeviendront ce qu’ils étaient.. »
    La fourberie est une deuxième peau du régime, outre à nous inventer l’armée qui serait dans la continuité de l’ALN, chose absolument fausse, ils ont massacrè l’ALN pour arriver au pouvoir, si quelques uns ont regiont cette armée cela ne changera pas l’histoire. L’ALN n’aurait jamais levé le doit sur un algérien alors que boumediene le chantre de cette armée a massacré la Kabylie en 63 au nom de l’Etat arabe. Rien que ce crime d’Etat dit long sur la conception.
    La réalité est que les kouliglis occupent l’Etat et régulent les mécanismes économiques culturels et politique, les 1000 000 000 000$ siphonnés sont le gage qui couvrira la junte au niveau international. Jusqu’ici ils ont gagné parce que la Kabylie écoutait les Ait Ahmed et Said Saadi qui adhèrent à l’algerie arabe et la veulent èdulcolorer d’une petite trace berbère, histoire de folkloriser la scène mais aussi en garantie de pérennité du régime en place contre tout refus de l’Etat arabe et d’alternative civilisationnelle.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici