Ali Hassani: L’octogénaire libéré

0

Ali Hassani, l’entrepreneur octogénaire, qui, rappelons-le, a fait l’objet d’un enlèvement le 22 mars dernier à Boghni, a été relâché saint et sauf par ses ravisseurs, dans la nuit de vendredi à samedi, aux environs de 23 heures, à Maâtkas.

Après les retrouvailles avec la famille à Boghni, celle-ci a aussitôt rejoint Alger où elle réside habituellement. Toutefois, on ignore encore si la libération d’Ali Hassani, après une détention de 25 jours, est due au versement de la rançon d’un montant de 03 milliards de centimes ou bien à la mobilisation citoyenne. D’ailleurs, la victime elle-même a, selon une source sûre, a formellement interdit à sa famille de verser la rançon aux ravisseurs. Par ailleurs, nous avons appris que les auteurs du rapt savaient que leur victime était à la tête d’une fortune de 43 milliards de centimes.

Il semble d’ailleurs que les kidnappeurs connaissent les fortunes au centime près de toutes leurs victimes. Il n’est pas point besoin donc d’être Jérémie pour déduire que non seulement un seul gang est spécialisé dans les enlèvements des richissimes personnes mais aussi jouit de complicités hautement placées. En effet, les personnalités ou physiques connaissant avec exactitude les fortunes des gens ne se trouvent sous les sabots d’un cheval.
Il semble également se dessiner la thèse selon laquelle les kidnappeurs ne sont pas seulement motivés par l’argent mais aussi par la politique.

Notons enfin que depuis le début des opérations de kidnappings en Kabylie, une seule opération a été conduite par des amateurs d’où son échec. Cela s’est passé à Maâtkas, il y a 03 ans de cela. Quelques jeunes gens ont voulu se faire un peu d’argent d’où leur idée de kidnapper un enfant, fils d’un commerçant. Dès qu’ils ont vu apparaître dans la presse nationale le rapt de l’enfant, ils ont perdu leur sang froid. Et vu leur amateurisme, les truands à la petite semaine et à la cervelle pas plus grande qu’un à coudre ont assassiné le pauvre enfant et jeté son corps dans un puits. Sans s’en rendre compte, ils ont aggravé leur cas. Au bout de quelques jours seulement, les services de police ont réussi à les identifier et à les présenter devant le magistrat.

Hormis la neutralisation de ce groupe de kidnappeurs à la manque, aucune réussite des services de sécurités concernant les autres kidnappings. Et Dieu seul sait qu’il y en a beaucoup et rien que dans la wilaya de Tizi-Ouzou. A bien méditer sur cela.

De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine