Ali Yahia Abdennour : « Le pouvoir algérien est raciste »

2
Ali Yahia Abdennour
Ali Yahia Abdennour

ALGÉRIE (Tamurt) – Suite à l’éclatement de l’affaire de son logement, l’avocat Ali Yahia Abdennour vient de sortir de son silence en rendant publique une déclaration où il qualifie le pouvoir algérien de « sectaire, raciste et injuste ». « C’est la dictature qui a peur des hommes », ajoute Ali Yahia Abdennour. Revenant à son affaire, ce dernier souligne : « Après bien des péripéties, les appartements, dont l’UNIAL était propriétaire dans l’immeuble Lutécia (35, boulevard Bougara, Alger), ont été déclarés  » biens vacants  » en 2014. L’UNIAL a assigné en justice cinq de ses locataires et a demandé leur expulsion ; elle a été déboutée de son action. 

Sur les cinq locataires assignés en justice, quatre d’entre eux ont régularisé leur situation depuis 12 mois par l’achat de leur appartement auprès des Domaines. Sauf le cinquième, moi-même, alors que j’occupe l’appartement, sans interruption, depuis l’été 1962 ».  Ali Yahia Abdennour explique qu’il faut rechercher la vérité et la dire quoi qu’il en coûte ; c’est là une question morale et une exigence politique. « La direction des Domaines a le devoir d’appliquer la loi sur les  biens vacants à tous les citoyens, et ne peut en exclure certains pour des raisons inavouées. 

Je condamne avec vigueur et rigueur cette direction qui me prive d’un droit élémentaire, au même titre que les autres habitants de l’immeuble Lutécia. C’est du sectarisme qui conduit à l’intolérance, qui ne relève pas de sa responsabilité », précise Ali Yahia Abdennour. Ce dernier condamne cette injustice, ceux qui l’ont inspirée, et ceux qui l’ont appliquée. « Il y a déni de justice de la part du directeur des Domaines qui me refuse le bénéfice de la loi sur les biens vacants au même titre que les tous autres. Le ministre des Finances qui a la tutelle des Domaines n’a pas corrigé cette erreur et faute, qui relève du règlement de comptes », estime le militants des Droits de l’Homme. 

Et d’ajouter : « Le Premier ministre, qui a couvert et ordonné cette injustice, sait qu’elle offense le droit et l’égalité des citoyens devant la loi. Elevé par le président Liamine Zeroual à la fonction de chef du gouvernement, il s’attaque et tente de détruire les militants qui défendent les libertés quotidiennement bafouées, altérées, aliénées. Après la prison et la surveillance permanente du DRS, le lanceur d’alerte, qui agit pour le bien et l’intérêt général, rend compte à l’opinion publique de la réalité politique du pays, en évaluant les effets pervers et négatifs de cette politique parce qu’il défend une position fondée sur l’éthique et la responsabilité ». 

La liberté, explique Ali Yahia Abdennour, ce n’est pas la liberté du pouvoir, de ses clans, des partis politiques qui le soutiennent, de l’administration centralisée et centralisatrice, envahissante et étouffante ; c’est la liberté de celui qui pense autrement. « C’est le droit à la dignité humaine à laquelle il faut être attaché par devoir, par conviction, par détermination et intelligence du cœur. Il n’y a rien d’absolu sauf la force de rester fidèle à ses convictions, à ses engagements, quels que soient les risques et les périls », conclut Ali Yahia Abdennour.

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. Si Abdenour Ali Yahia est un minable ou traitre, il n’aurait jamais ete inquiete par le pouvoir et aurait beneficie, non pas d’un appartement , mais d’innombrables somptueuses villas, comme l’ont fait beaucoup de predateurs qui ont n’ont paye que le dinar symbolique pour la plupart, ou des sommes derisoires pour d’autres.Je ne suis pas ici pour defendre maitre Ali Yahia, mais le fait qu’il est dans le besoin ou non ou que son fils est dirigeant d’une entreprise ou manoeuvre , que le defendant vit dans l’aisance ou non qui dertermine notre solidarite a son encontre et denoncer une administration aux ordres qui ulise le fait du prince comme elle l’entend pour punir un opposant et le priver de son droit le plus absolu, d’etre traite comme citoyen, nomobstant ses vues politiques, qui ne peuvent pas plaire a tout le monde, mais quelque, on sent qu’on veut punir cet homme pour ses positions de principes, s’il y’a renoncements, eniements et rtetournements de veste, ellew n’ont rien a voir dans cette affaire ou ce monsier est traite d’une facon, discriminatoire, et agissent comme si ce pays est leur bien personnel.Que cet homme courageux, a commis des erreurs d’appreciation, Durant son long parcours, je n’en doute pas, mais on est seulement humains, aucun etre humain meme s’il est prophete n’ echappe pas a cettre regle.Tu es entrain de faire le proces d’un homme qui a vecu selon ses principes , ca lui sufit amplement d’etre un icone de l’oppsition a ceux qui ont fait de l’ALGERIE, UNE PROPRIETE PRIVEE ET SON PEUPLE UN TROUPEAU DE MOUTONS.Apres tous ces griefs , je me demande pourquoi. il n’est pas en prison, surtout qu’il s’attaque seulemet au vieillard mourant, agonisant, qui ne parle pas et ne peut pas se defendre , alors qu’il y’a des gens qui ont connu les affres de la prison et meme payer de leur vie la deonciation de ce « povre » president dans leurs blogs..Je ne sais pas a quel jeu tu joues, personne ne te demande de supporter MAITRE ali yahia,pour, endsuite lui faire un proces en regle pour des raisons inavoues. Je denonce la politique des deux poids , deux mesures, ou alors ne nous rabachez pas les oreilles que nous vivons dans un pays DEMOCRATIQUE ert qu’on est tous egaux devant la loi,

  2. Soutenir A. Yahia, et dire aussi ses divagations, renoncements et retournements de veste….

    Bien sûr qu’il faut le soutenir face à ce Régime dictatorial militaro-mafieux, ultra autoritaire et hyper répressif, corrompu et corrupteur / manipulateur…..

    En réalité, sur le plan matériel et financier, il ne manque de rien, son fils est , ex Sorbonnard (Paris-2 / Panthéon), dirigeant d’entreprise en France depuis longtemps déjà, a suffisamment de moyens pour subvenir largement à ses besoins et lui acheter villas ou appartements somptueux… Bref !

    Il faut aussi dire et redire les divagations, renoncements, reniements et retournements de veste de Ali Yahia. Flash back : il avait intégré l’opposition en Kabylie 1963, puis en 1964 il rejoignit le Régime militaire jusqu’au 1966…. Il s’était opposé au Régime militaire durant les années 80, créé la LADDH, et fût emprisonné…. En 1988, il avait condamné le massacre de 500 jeunes à Alger , et dénonceé les tractations secrètes des Sadi et Ait-Larbi avec les Généraux Belkheir et Ayyat (SM) pour la création (naissance ´avant termes’ ) du RCD….. En 1991/1992, il avait eu le courage de dénoncer les crimes (attentats, assassinats, massacres, création et manipulation de Groupes terroristes islamistes, des Escadrons de la mort, des Milices armées, etc.) des Généraux ultras et faucons, puis n’en parle plus ces derniers temps, et est allé jusqu’à s’allier avec ses ennemis d’hier, les Sadi, Ait-Larbi, Haroun, Ghozali et compagnie, qui l’avaient attaqué, insulté, invectivé durement.

    Plein de rancunes, vengeances et remontrances, Ali Yahia a attaqué moult fois ceux qui ne l’ont jamais attaqué, comme l’avocat H. Zehouane et H. Ait-Ahmed….. et finit par s’acqoquiner avec ceux qui l’ont sali et terni (déclarations, écrits anonymes, rumeurs) comme les Sadi et Ait-Larbi …. On l’avait vu avec eux en2011 lors des gesticulations et parades des « samedis d’Alger », cette « opération contre-feu » commanditée par le Général Mediène (DRS) dans le but d’induire un « effet repoussoir » visant à contrer la contagion révolutionnaire déjà en œuvre chez les voisins tunisiens……

    On remarque aussi ces derniers temps que Ali Yahia ne vise plus les Généraux criminels et mafieux de la SM-DRS (Le Pouvoir réel), mais s’acharne uniquement et seulement contre Boutef’ le mourant, agonisant, qui ne parle pas, ne bouge pas, ne peut pas accomplir le moindre geste, ne peut pas lui répondre, gardé de force par les Maîtres de la Police secrète à El Mouradia, dans le but «  d’humaniser » leur régime « criminel, sanguinaire, assassin » et le faire passer comme « tolérant, compatissant, acceptant, humain » . Un véritable coup de comm’ , un message soft, à l’américaine, à la Rooseveltiène , comme dans les séries hollywoodiennes, par des histoires d’amour, scènes érotiques, des couples qui se forment, etc., on «  humanise » la police , pourtant réputée pour sa violence et son racisme récurrents …. Passons !

    La répression étant une « affaire de gestion », le Pouvoir (?) ne pourra pas «  gérer » un grand coup contre un « historique  » comme Ali Yahia, et il faut essayer alors de voire ce qui se cache et/ou se trame vraiment derrière cette affaire, la séquence d’après, le coup suivant, connaissant ce théâtre d’ombre qu’est le système militaro-mafieux algérien, machiavélique, diabolique, intrigueur, comploteur, manipulateur . On le sait : certains coups et même des arrestations étaient opérés sciemment et insidieusement « dans le but d’héroïser et zaimiser «  et construire une aura à untel /le pour le/la sponsoriser et propulser au devant de la scène politique et médiatique , comme ça été fait dans les années 80-90-2000 …..

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici