« Allons-nous cautionner le deuxième assassinat de Lounès Matoub ? »

2
KABYLIE (Tamurt) – Après la confirmation par la direction de la culture de Tizi Ouzou du projet de placement  de la maison de Lounès patrimoine de l’Etat algérien, Madame Nadia MATOUB veuve du défunt Lounes Matoub a tenu à affirmer son opposition catégorique à ce projet. 
Elle  a déclaré en ces termes « la demeure de l’enfant du Djurdjura ne sera « protégée » par aucune institution étatique pour une simple raison: le rebelle qu’il fut appartient au peuple et à lui seul. Et celui-ci a montré, y compris lors de ses obsèques, combien il le chérissait et combien il veillait sur sa mémoire. Il me paraît inutile de s’appesantir sur les raisons de ce refus, le combat de Matoub étant connu de tous ».
Contacté par Tamurt, Madame Sakina AÏT AHMED Ministre de la langue et de la culture kabyle de l’G.P.K.  lui apporte son soutien. La Ministre de l’G.P.K. souligne : « La Maison de Lounes Matoub incarne tout le combat identifier du Rebelle qu’il était.  Son amour pour sa Kabylie est immense. Sa maison est le lieu de sa mémoire de ses propres souffrances. Avec son assassinat, elle est devenue, par extension, le lieu d’une souffrance collective. Un lieu de recueillement où tous les Kabyles pleurent leur idole.  l’espoir des Kabyles pour préserver la mémoire de l’enfant chéri de la Kabylie repose aussi sur Nna Aldjia, la chère mère de Lounès. Nous sommes certains qu’elle ne laissera pas faire cette ignominie. »
Tamurt