Alors que les victimes de 1963 ne sont pas reconnues : Le FFS exige le statut de martyrs pour les victimes d’août 1945

5

KABYLIE (Tamurt) – Le groupe parlementaire du Front des Forces Socialistes (FFS) a officiellement demandé l’amendement de la loi de 1991 concernant le statut des martyrs de la révolution. Ils exigent la reconnaissance des victimes des génocides de 1945 au même titre que les victimes de la guerre de libération nationale de 1954-1962.

Selon les autorités officielles algériennes, plus de 45 000 personnes ont été tuées par l’armée Française durant les manifestations de mai 1945, plus particulièrement Sétif et à la région Est de la Kabylie, à Kherrata. La demande du FFS, déposée au parlement cette semaine, ne sera sûrement pas prise en considération et les députés de ce parti le savent pertinemment. Leurs agissements obéissent à d’autres considérations politiques. Le FFS veut gagner l’estime de tous les Algériens et essayer, une fois de plus, de monter qu’il est un parti national, alors que ce parti n’a jamais dépassé les frontières de la Kabylie pour des raisons régionalistes. Les Arabophones ne veulent pas de Kabyles depuis des siècles.

L’autre considération du FFS, est d’essayer d’inclure les 450 victimes Kabyles de la tentative d’insurrection armée par le FFS en 1963. Les responsables de ce parti savent aussi que le pouvoir n’accordera jamais de statut pour les 450 victimes Kabyles, c’est pour cette raison que le FFS veut les inclure dans la même demande des 45 000 victimes de 1945 !

Les chances de voir une réponse favorable aux exigences du FFS sont minimes. Ce parti n’a aucun poids au sein du parlement algérien. Il compte 26 déboutés sur les 450 sièges du parlement. Sa participations aux législatives de mai 2012 reste une énigme pour ce parti Kabyle qui s’autoproclame de l’opposition. Le FFS n’a également aucun poids dans la vie politique algérienne. Le pouvoir se sert de lui juste pour se voiler la face et monter au monde entier qu’une opposition existe en Algérie. Les militants du FFS comprendront-ils un jour qu’aucun Kabyle ne pourra jamais accéder au pouvoir en Algérie ?

Mokrane Benaï