Alors que sa gestion de l’établissement est décriée : Le directeur du CHU de Tizi-Wezzu excelle dans la manipulation

4

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Des informations circulent avec beaucoup de persistance sur un changement imminent à la tête du CHU Nedir Mohammed de Tizi-Wezzu dans quelques semaines, affirme-t-on. L’actuel directeur de l’établissement serait dans le collimateur du nouveau ministre de la santé qui aurait trouvé à son arrivée, sur son bureau une pile de rapports sur la mauvaise gestion de ce directeur.

Ce dernier a adopté une stratégie portant sur la marginalisation des compétences, en se lançant dans des conflits permanents avec des chefs de services qui comptabilisent des dizaines d’années d’expérience. Des sources proches de cet établissement révèlent que la commission d’inspection envoyée la semaine dernière pour inspecter les établissements hospitaliers n’a pas vu l’utilité de passer au CHU de Tizi-Wezzu pour la simple et bonne raison que les rapports parvenus au ministère de la santé parlent d’eux même sur la situation de cet hôpital.

Celui-ci baigne dans des conditions peu reluisantes et quand les employés et les praticiens de l’établissement protestent pour l’amélioration de cette situation, le directeur Abbès Ziri , procède à des sanctions. Nos sources rapportent que le directeur gère la structure avec des mensonges, en présentant l’hôpital comme un bijou. «Au lieu de se soucier de la situation des malades et de celle des employés de son établissement, ce responsable fait la publicité de sa personne dans les médias et à la presse. Et loin de toute étique de la profession des blouses blanches, le directeur du CHU de Tizi- Wezzu excelle dans la manipulation de certains « journaleux » contre les chefs de service», s’indigne-t-on.

Nos sources dénoncent certaines pratiques qui mettent en valeur des individus extérieurs à l’établissement, dans la gestion des affaires du CHU. Ces personnes bénéficient des moyens de l’hôpital pour leurs besoins personnels. Le directeur met à la disposition d’un soi-disant journaliste un véhicule de service pour ses déplacements quotidiens à Alger, un geste qui n’a pas manqué de provoquer l’ire du personnel. Ce n’est un secret pour personne, le directeur de l’hôpital Nedir Mohamed de Tizi-Wezzu, qui était un cadre local du RCD qui a rejoint le RND, a été propulsé dans ses fonctions dans une conjoncture de marginalisation des compétences dont il a perpétué les habitudes, en écartant tous ceux qui peuvent lui faire de l’ombre avec un travail sérieux.

Moussaoui R