Amara Benyounès en prison : quel avenir pour le MPA ?

3
Amara Benyounès
Amara Benyounès

ALGERIE (TAMURT) – Après l’emprisonnement de Amara Benyounès, secrétaire général du parti du Mouvement Populaire Algérien (MPA), les observateurs s’interrogent quel avenir pourrait avoir ce parti politique dépourvu de toute assise militante et populaire ? Si le RND et le FLN n’ont pas tardé à tourner les pages de Ahmed Ouyahia et de Djamel Ould Abbès (également en prison) en choisissant de nouveaux chefs, c’est loin d’être le cas pour le MPA.

En effet, depuis la création de ce parti par Amara Benyounès, qui avait quitté le RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) après avoir opté en faveur du clan de Bouteflika (au lieu de celui de Tewfik auquel appartenait le RCD) et ce, en 2004, Amara Benyounès a dirigé d’une main de fer et en solo ce parti. Aucune figure politique qui pouvait lui faire de l’ombre n’était tolérée dans la direction nationale du parti. Amara Benyounès qui a été un très bon disciple de son « maitre » Said Sadi a copié les mêmes méthodes que ce dernier. C’était le chef unique et suprême de son parti. La seule exception qui était un tant soit peu tolérée était celle de la présence et des quelques pouvoirs conférés à son frère Idir Benyounès, journaliste et directeur du journal « La dépêche de Kabylie ».

D’ailleurs, la majorité des « cadres » du MPA avait quitté ce parti pour cette raison. Certains ex-membres de la direction du MPA n’avait pas hésité à qualifier cette formation politique de parti familial. Cette méthode a fait que le MPA est allé sur les traces du RCD et a connu le même sort que ce dernier. C’est-à-dire : un parti qui se réduit à la seule personnalité de son chef. Avec l’arrestation de Amara Benyounès, le MPA sera-t-il dissous où le pouvoir actuel le récupérera-t-il pour en faire un autre appendice dont il se servira comme l’avait fait Abdelaziz et Said Bouteflika pendant presque vingt ans ? On le saura bientôt.

Tarik Haddouche

3 COMMENTAIRES

  1. Encore un renégat KDS puni d’avoir cru que ses maîtres le récompenseraient pour sa forfaiture . Il y en a encore qui s’aplatissent devant ce pouvoir ingrat à la solde des émirats . Les traîtres sont comme les kleenex , dès qu’ils ne sont plus utiles on s’en débarrasse vite . Au suivant !!!!

  2. Les Benyounes, pourtant grand patriotes Kabyle de la guerre de liberation, ont trahis leur serment le jour ou l un deux a marie la fille du general Nezzar ! Depuis c’est la fuite en avant. Il ya un Benyounes au Canada, ecrivain, qui ne fait pas parti de cette clique, mais Daniel et ses freres Amara et autres ont vraiment trahis la Kabylie.

  3. Le MPA n’est qu’un groupuscule parmi les groupuscules. Il n’existe pas d’opposition, ni de partis, il n’y a que des groupuscules qui font office de succursales/agences/appendices de la sinistre SM-DRS….
    Leurs  » substances numériques  » sont réduites à quelques membres, quelques dizaines tout au plus, donc ce ne sont pas des partis , les partis doivent compter des milliers d’adhérents. Or ce n’est pas le cas pour tous ces sigles et machins, qui roulent tous pour ladite Police Police politique secrète….
    .
    Flash back : c’est dès sa prime jeunesse que ce Benyounès est recruté par cette  » organisation criminelle et mafieuse  » qu’est la SM-DRS. Il menaçait ses collèques quand il était étudiant déjà. Les étudiant savaient bien que cet individu arrogant et zélé était indicateur, mouchard, rabatteur pour le compte de la Gestapo locale….. De plus, le MPA est ramifié du RCD, lequel RCD a été créé par les Généraux faucons, Belkheir-Nezza-Ayyat-Touati-Taghit, le Clan le plus puissant à l’époque, car puissamment amarré/arrimé/accrocué à la puissante SM….
    .
    Qu’il paye tout le mal qu’il a fait à ses victimes, qu’il dénonçait, menaçait…. Qu’il paye comme les criminels et mafieux Mediene, Tartag, Ouyahia et autres salauds, désormais emprisonnés par la nouvelle Junte militaire régnante

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici