Des anciens terroristes du GIA prêchent en plein jour à la ville de Bougie

20
Des anciens terroristes du GIA prêchent en plein jour à la ville de Bgayet
Des anciens terroristes du GIA prêchent en plein jour à la ville de Bgayet

BOUGIE (Tamurt) – Une scène hallucinante s’est déroulée hier en plein jour à la ville de Bougie. Deux anciens terroristes du GIA, d’origines de Sétif, et un groupe islamiste ont prêché un discours de haine contre la société Kabyle et tamazight en plein jour.

Ils ont développé un long discours à proximité de la mosquée Ibn Badis à Bougie, selon des habitants de cette ville qui n’arrivent pas à croire leurs yeux. Selon nos informations les anciens terroristes sont financés par deux associations religieuses de Tizi-Wezzu. Ce groupe mènera une campagne pour salafiser les Kabyles durant cette année. Ils sillonneront plusieurs villes de Kabylie. Ce que les habitants de Bougie regrette, c’est la non réaction des autorités locales ni des services de sécurité. La ligue des droits de l’Homme au niveau local est la première à réagir pour condamner cet acte. « Non à la théocratisation de l’Etat et non à l’étatisation de la religion».

La LADDH a appelé « les militants politiques, la société civile et les citoyens de Bougie à réagir à travers une rencontre au CDDH aujourd’hui, mercredi 16 mars 2016 à 16h00 pour décider ensemble d’une action de riposte d’envergure afin de dénoncer le laxisme des autorités et condamner l’occupation des espaces publics par des fanatiques religieux ».

L’affaire est grave. Elle est très grave même, surtout que ces terroristes ont attiré la sympathie de certains adolescents.

Lounès B

Du jamais vu en Kabylie, des prêches en pleine rue au vu et au su de tout le monde; sans que personne ne bouge. La montée de l'islamisme radicale dépasse toutes les normes dans cette région qui a toujours combattu toutes sorte d'extrémismes ! Nous ne sommes contre aucune religion quelque'elle soit, mais face à ce genre de phénomène, on doit réagir avant que ce ne soit trop tard !

Gepostet von Histoire de Kabylie, Pour Tous am Dienstag, 15. März 2016