Anis Rahmani lui a remis un burnous : Idir rend visite à Ennahar TV et s’exprime en arabe !

38
Idir à Ennahar TV

CULTURE (Tamurt) – C’est en grandes pompes qu’Anis Rahmani, directeur général de la chaine de télévision anti-kabyle notoire, Ennahar TV, a reçu ce jeudi le chanteur kabyle Idir en son siège. Ce dernier a été accueilli comme un véritable « héros » par les journalistes et le directeur de la chaine de télévision arabophone « Ennahar-tv » dont l’une des missions a été depuis toujours de dénigrer les kabyles et leur combat.

Ennahar TV est une chaîne de télévision directement télécommandée par Saïd Bouteflika, frère du Président de la République dont elle défend les thèses contre vent et marrées. Des années après son lancement par le clan présidentiel, cette chaine de télévision diffuse toujours exclusivement en arabe. Elle ne compte dans sa grille ni de journal télévisé en kabyle ni aucune émission dans la même langue. Lors de la cérémonie improvisée au siège d’Ennahar TV, Anis Rahmani, directeur de la chaine ainsi que du quotidien arabophone Ennahar El Dajdid, a remis un burnous à Idir en direct, devant les caméras. Idir avait l’air très content et comblé de ce qui venait de se passer et ne donnait guère l’impression d’avoir été piégé, encore une fois. D’ailleurs, pour remercier l’équipe d’Ennahar TV du fond de son cœur, Idir s’est directement exprimé en langue arabe sans aucun complexe pour dire son bonheur de se retrouver ainsi devant des journalistes et un directeur de chaine de télévision qui le portent autant que ça dans leur cœur.

Après l’annonce de sa tournée à Alger et dans quelques autres villes en Algérie et en Kabylie, tournée organisée directement par le pouvoir algérien via l’ONDA (Office national des droits d’auteurs), le chanteur kabyle Idir a multiplié ses sorties et des déclarations décevantes et étonnantes mais qui cadre tel qu’il se doit avec son choix. Celui d’être pris en charge par le pouvoir algérien durant toute sa tournée avec des cachets mirobolants dont le montant n’a pas encore été révélé. Et ne sera sans doute jamais révélé.

Tahar Khellaf