Aokas – Les syndicalistes communaux de la wilaya de Bougie tiennent leur près-congrès à Aokas

0

C’est ainsi qu’après avoir organisé en vain des marches de protestation et des grèves, leurs représentants ont décidé d’organiser un congrès constitutif d’une fédération propre à leur secteur. A l’instar des autres wilayas du pays, les syndicalistes communaux de la wilaya de Bougie ont tenu leur pré-congrès au centre culturel de la station balnéaire d’Aokas dans la journée du samedi pour préparer leur congrès national qui doit se tenir avant la mi-juillet.

Venus des quatre coins de la wilaya, près d’une centaine de congressistes se sont attelés, en travail d’ateliers notamment, à débattre des problèmes rencontrés par cette frange de travailleurs. Tout en pointant du doigt les pouvoirs publics qui les ont négligés et plus particulièrement, au niveau local, le chef de daïra de Bougie qui s’est substitué aux membres de l’assemblée de la commune d’Oued Ghir, dissoute, pour agir en tant que grand chef vis-à-vis des travailleurs de cette commune, les syndicalistes ont approuvé une résolution finale dans laquelle ils exigent des pouvoirs publics de métré fin à la précarité de l’emploi en intégrant les contractuels, en révisant le statut particulier de cette frange et l’unification du régime indemnitaire.

En outre, ils revendiquent la participation du partenaire social à l’élaboration du code du travail, son implication dans la gestion des carrières, l’augmentation des allocations familiales et de l’indemnité de la femme au foyer et enfin la réintégration des syndicalistes licenciés et ceux suspendus arbitrairement sans omettre de rappeler l’éternelle revendication, à savoir l’abrogation de l’article 87 bis de la loi 90/11 relative aux relations de travail.

D’ailleurs dans leur plate-forme de revendications, ces syndicalistes déclarent refuser de payer la crise des décideurs, induite par des milliards, argent du peuple, jetés par les fenêtres pour tenter de sauver des banques et des actionnaires alors qu’on refuse de mettre un minimum de cet argent dans la cagnotte pour répondre aux besoins sociaux des travailleurs.

En conclusion de leur résolution, les congressistes rappellent qu’en étant tous unis, ils parviendront à imposer un pluralisme syndical au service d’une administration laquelle pourra être enfin au service du citoyen. En attendant la tenue de leur congrès constitutif qui se tiendra au début du mois de juillet, les travailleurs des communes continueront leurs actions de protestation, à commencer par la poursuite de la grève cyclique de trois jours prévue pour les journées du 25, 26 et 27 juin.

Amaynut