Le maire de Tazmalt, Smail Mira, perd ses soutiens

9

BOUGIE (Tamurt) – Smail Mira, maire de Tazmalt, est confronté à des difficultés avec ses pairs, élus dans la même liste.
Cinq d’entre eux ont démissionné cette semaine.
Dans une déclaration affichée à la vue de la population, ces derniers reprochent à l’édile communal de gérer d’une manière unilatérale et désordonnée la commune.

C’est lors de l’assemblée, tenue jeudi dernier, que les protestataires ont fait du bruit en critiquant leur tête de liste et maire de la localité qui aurait trahi, selon eux, la confiance des citoyens de Tazmalt, en général, et celle de ceux qui leur ont donné leurs voix, en particulier.

Après près de deux années de gestion des affaires communales, l’équipe à la tête de l’assemblée populaire communale de Tazmalt n’a pas répondu aux attentes de la population malgré le slogan porté par cette liste qui n’est autre que « la correction de la trajectoire ».
Les démissionnaires parlent de supercherie par rapport aux slogans et promesses faites dans le programme électoral.

Smail Mira a slalomé dans différents courants politiques pour parvenir aux hautes fonctions étatiques telles que celle de député et de maire de la commune de Tazmalt.
Aujourd’hui, le temps l’a rattrapé et ses jours sont peut être comptés à la tête de la mairie de Tazmalt.

Il est utile de rappeler que Smail Mira a été impliqué dans deux affaires criminelles en 1998 et en 2007.
La première, c’est lors d’une manifestation, en hommage à Matoub Lounes, où il aurait tiré sur la foule et tué un jeune manifestant.
Réfutant les accusations, il a été acquitté par la justice.
La seconde, c’est lors d’une mission militaire en montagne où il aurait tiré sur un citoyen.
S. Mira a reconnu avoir tiré accidentellement sur l’individu en plaidant la légitime défense.

Amaynut