Après avoir été abusée dans ses propos par une journaliste : La Mère de Ferhat Mehenni dépose plainte aujourd’hui contre Ennaher pour « diffamation », « abus de confiance » et « abus de faiblesse »

6

KABYLIE (Tamurt) – La mère du leader kabyle a été abusée par une journaliste d’Ennahar qui a profité de son grand âge pour l’induire en erreur et lui faire croire qu’elle venait en amie avant de la diffamer pour mener une attaque en règle contre son fils et le projet porté par le leader kabyle et dont le but est d’extraire enfin la Kabylie au vampirisme arabo-islamique du régime raciste d’Alger.

Accompagnée des membres de sa famille, du comité de village de Maraghna et de la direction du MAK, Na Wiza a commencé par faire la tournée des salles de rédactions de la presse algérienne pour leur faire un démenti en face à face des propos rapportés par un de leurs confrères qui entache gravement le métier de journalistes. La mère du leader kabyle a d’abord rapporté le fait que la journaliste s’est « introduite chez elle sans y avoir été invitée », « elle avait trouvé la porte ouverte et est entrée » ; ensuite que « la journaliste ne s’était pas présentée en tant que journaliste mais en tant qu’amie de son fils » et enfin que « tous les propos rapportés par cette femme étaient des purs mensonges ».

Malgré son grand âge (83 ans), Na Wiza, choquée par l’abus de confiance et la manipulation dont elle a été victime tenais absolument à se déplacer pour parler elle-même à la presse autorisée algérienne et leur dire clairement et que « son fils a suivi la noble trace de son père », qu’elle était « fière d’avoir enfanté un lion » et que cette histoire inventée de reniement était pour elle grave une affaire. Elle a démenti toute rupture avec son fils en rappelant qu’elle s’était rendue en France lui rendre visite et qu’elle s’était même déplacée en Tunisie pour voir son fils, si ce n’était l’interdiction d’entrer sur le territoire tunisien qui avait été opposé à son fils à l’aéroport même de Tunis. Tout le monde aura compris que Na Wiza tenais à faire passer le message que la journaliste qui lui fera renier son fils n’était pas encore née.

Le comité de village de Maraghna a quant à lui informé les salles de rédaction que dorénavant, aucun journaliste ne sera autorisé à se rendre dans le village sans être au préalable passé par le comité de village qui autorisera ou non la venue du journaliste. Ils ont réaffirmé le soutien et la solidarité du village avec Ferhat Mehenni, qui malgré son exil forcé, reste un membre à part entier du village auquel il participe activement malgré son éloignement. Le comité de village a de Maraghna a rappelé le douloureux évènement de l’ignoble assassinat d’Ameziane Mehenni et la prise en charge totale, dans la plus pure tradition kabyle, de l’enterrement du fils ainé du leader kabyle par le village. Ceci pour souligner la symbiose et la parfaite cohésion des Mehenni avec l’organisation ancestrale des villages kabyles.

Les membres de la famille Mehenni et le comité de village de Maraghna ont également affirmé qu’ils n’apporteront aucune mise au point aux propos scandaleux de la journaliste d’Ennahar dans la mesure où ce journal n’est pas considéré comme un organe de presse mais comme un organe de propagande et de nuisance destiné à colporter les inepties nauséabondes d’un régime raciste. En revanche, ils ont décidé de porter plainte contre le journal arabo-islamiste pour « diffamation », « abus de confiance » et « abus de faiblesse » sur une personne vulnérable, notamment en raison de son grand âge.

Z.P.