Après avoir refusé de signer son passeport : Un citoyen agresse le chef de daïra de Tizi Ouzou

10

SOCIÉTÉ (Tamurt) – Les responsables administratifs locaux poussent parfois les citoyens à réagir agressivement. Pour un simple document administratif, le citoyen doit attendre toute une journée, et une fois devant le guichet, on le renvoie tout simplement sans préavis. Une personne qui n’a pas de piston ou de connaissance au niveau de n’importes quelles structures administratives doit prendre son mal en patience.
Dans les mairies, les sièges de daïras, les hôpitaux,…, des altercations verbales et parfois des bagarres éclatent faute d’une prise en charge réelle des besoins des citoyens.

Hier après-midi, un citoyen de la ville de Tizi-Wezzu à qui le chef de daïra a pris plus de six mois sans lui signer son passeport a demandé de voir ce commis de l’état. Après une longue attente ce dernier l’a reçu dans son bureau. Le jeune lui a demandé les raisons de ce retard dans la livraison de son passeport. Le premier responsable de la daïra de Tizi-Ouzou n’a rien trouvé d’autre que de snober le jeune et de l’inviter à quitter les lieux. Un mépris que le jeune homme « n’a pas pu supporter », selon son ami. Il a alors pris la chaise sur laquelle il était assis et s’est lancé droit sur le chef de daïra. « Heureusement que le chef de daïra n’a pas riposté et s’est contenté de pleurnicher et de demander des excuses à son agresseur », ajouta notre interlocuteur.

Il a fallu l’intervention de toute une équipe de policiers spécialisés pour libérer le chef de daïra des mains du jeune demandeur de passeport qui attendait ce fameux document depuis plus de six mois. L’agresseur a été jeté directement dans une cellule. Il risque de graves problèmes judiciaires.

Cette anecdote reflète à elle seule dans quel état se trouve l’administration algérienne.

Faroudja Aït Massal