Après le correspondant d’Ennahar : Un journaliste insulte Matoub et les martyrs du printemps noir

21
Ennahar TV

KABYLIE (Tamurt) – Décidément, les faits sur le terrain ne cessent de confirmer que la seule issue salutaire pour la Kabylie et le peuple kabyle reste l’indépendance. Même s’il ne s’agit que d’une officialisation de façade, « tamazight langue officielle » dérange une infinité de voix dans les régions autres que la Kabylie.

Après que le correspondant du quotidien et chaine de télévision d’Ennahar a traité les kabyles de tous les noms d’oiseaux, un autre journaliste, Nourredine Kettal pour ne pas le citer n’a pas hésité à insulter en direct, lors d’une émission diffusée sur la chaine de télévision algérienne privée El Bilad, Matoub Lounès et les 126 martyrs du printemps noir. Ce certain Nourredine Khettal n’a pas hésité à invectiver carrément le symbole de la Kabylie et des amazighs du monde entier en le traitant de « danseur » et de « mécréant ». Ce journaliste n’a pas hésité à utiliser  des qualifiants dégradants pour s’en prendre à Matoub mais aussi aux martyrs du printemps noir de 2001. Il a aussi mis l’accent sur le fait que Matoub Lounès n’était pas musulman.

Cet invité a dénoncé le soulèvement de toute la Kabylie « juste parce que 126 personnes aient été tués » ! Le même journaliste a déclaré ouvertement qu’il était contre l’officialisation de tamazight. Il n’a pas non plus hésité à déclarer que tamazight n’est pas une langue mais qu’il s’agit d’un ensemble de dialectes. Ces graves déclarations de ce journaliste n’ont été suivies d’aucune sanction ni contre cette chaine de télévision ni contre le journaliste en question.

On ne sait pas pour l’instant si Malika Matoub, en sa qualité de sœur du Rebelle et de présidente de la Fondation Matoub, ou Nadia, la veuve de l’artiste vont saisir la justice sur cette affaire même si en réalité, cette démarche reste vaine car ce genre d’affirmations ne cesse de confirmer qu’il y a un fossé infranchissable entre la Kabylie et le reste de l’Algérie.

Lyès Medrati