Après les élections du 23 novembre dernier : 10 mairies bloquées dans la wilaya de Tizi Ouzou

0

TIZI OUZOU (Tamurt) – Pas moins de dix assemblées populaires communales, issues des élections municipales du 23 novembre 2017,  sont actuellement bloquées dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-on appris de sources officielles ce mardi. Il s’agit de mairies où le maire est issu d’une majorité relative et non pas absolue. C’est-à-dire que le maire a obtenu, certes, le plus grand nombre de voix lors du vote du 23 novembre 2017 mais pas la majorité des sièges.

Logiquement, si l’intérêt des citoyens avait primé chez les élus de ces communes, les alliances devraient être établies sur la base d’un consensus qui éviterait le blocage des mairies et des projets dont devraient bénéficier ces localités. C’est le cas d’ailleurs dans la majorité des communes de la wilaya de Tizi-Ouzou. La casquette politique des élus a été vite oubliée par les élus aux APC qui font preuve de ce fait d’un sens de responsabilité certain, privilégiant en outre l’intérêt des citoyens et de la collectivité. Chose qui est loin d’être le cas dans les dix communes concernées par ledit blocage. Dans ces dernières, l’esprit de vengeance a pris le dessus sur les intérêts des citoyens, ce qui démontre, si besoin est, qu’une bonne partie des personnes qui se portent candidats pour être élus ne sont intéressés par leurs propres intérêts personnels et étroits.

Parmi les communes concernées par ce blocage, qui risque de s’inscrire dans la durée, on peut citer celles d’Ath Douala, Draa El Mizan, Ain Zaouïa et Tigzirt. A Tigzirt par exemple, le maire est issu de la majorité relative du FFS. Pour lui barrer la route, les élus du RCD ont fait une alliance avec les élus de la liste indépendante. Ces deux derniers constituent de ce fait une majorité des élus visant à isoler le maire. Mais une telle démarche, loin de pénaliser le maire, sanctionne plutôt les habitants de la commune de Tigzirt car ce sont leurs affaires et leurs projets qui seront suspendus. Quant au maire, il percevra son salaire de 12 millions de centimes, chaque fin du mois, quoi qu’il en soit.

Tahar Khellaf pour Tamurt