Après le Japon et l’Allemagne, la Kabylie aura son centre d’hadron-thérapie

14
Physicien kabyle Madjid Boutemeur

BOUGIE (Tamurt) – Le nominé au prix Nobel de l’année dernière, le physicien kabyle Madjid Boutemeur, natif du village Iouakouren, relevant de la commune de Tazmalt, a animé, mardi passé, à l’université de Bougie, une conférence ayant pour thème «  La physique pour la santé ».

Sa communication tournera principalement autour de cette nouvelle technologie, relative au traitement du cancer pour ceux dont la résistance à la radiothérapie est avérée, appelée la hadron-thérapie. Pour le conférencier, outre le centre de l’hadron-thérapie du Japon et celui d’Allemagne, il n’existe pas d’autres centres. Alors celui-ci étonnera l’assistance en faisant part de son intention d’en construire un en Kabylie.

 Ce centre permettrait de prendre en charge deux mille patients par an en moyenne. Pour donner plus de précisions sur cette nouvelle technique de guérison de cette lourde pathologie, l’orateur dira que la durée d’une intervention est de quatre-vingt-dix secondes, sans anesthésie ni chirurgie. Une minute-trente pour éliminer les cellules cancéreuses récalcitrantes et résistantes aux traitements conventionnels. Même les endroits du corps difficilement accessibles par la chirurgie classique peuvent l’être grâce à ses rayonnements ultra précis. Une bonne nouvelle pour la Kabylie qui aura, au même titre que l’Allemagne et le Japon, son centre d’hadron-thérapie.

Amaynuth