Après la fermeture de la RN 9 depuis lundi – Le Bac serait-il compromis dans les communes Est de Bougie ?

0

Cette ultime action a été décidée par les 9 familles de cette cité datant de plus d’un demi-siècle, après qu’elles aient eu à saisir à maintes reprises les responsables de la mairie, de l’agence foncière et de la daïra pour que ceux-ci procèdent à la régularisation de la situation juridique de leur terrain, afin que ces malheureux pères de famille puissent, enfin, y construire de nouvelles habitations en place et lieu des anciens taudis qu’ils occupaient depuis fort longtemps.

Vivant dans une situation des plus lamentables depuis plus d’un demi-siècle, ces malheureuses victimes de la gestion anarchique du pays se sont mobilisées à plusieurs reprises dans le seul but de demander à l’État algérien un simple document leur permettant de construire leur propre maison dans un terrain qu’elles ont, depuis la nuit des temps, occupé. De promesses en promesses, ces familles ont fini par croire le maire de la localité qui s’est engagé à les régulariser et ont procédé à la démolition de leurs anciennes demeures. Quelques semaines plus tard, lasses d’attendre le fameux sésame qui leur permettra de mettre fin à leur situation de nomades, étant locataires entre temps chez des particuliers, ces familles ont décidé de recourir à la seule action qui a tendance ces derniers jours à porter ses fruits : barrer la route en l’occurrence.

Hélas pour ces dernières, une fois l’opération de démolition achevée et le terrain remis en son état initial, une famille, réclamant la propriété du dit terrain, a déposé plainte contre l’édile communal pour expropriation illégale. N’ayant pas bloqué la route au cinquième jour, que feront ces citoyens à partir du sixième jour, sachant qu’une quelconque fermeture de route ce jour-là nuirait considérablement aux candidats du Baccalauréat de l’Est bougiote ? En effet, les épreuves du Bac auront lieu à compter du dimanche et les sujets seront acheminés aux centres d’examen, aujourd’hui, samedi après-midi. Le recours à la rue a tout le temps donné raison aux contestataires dans une Algérie au bord de l’abîme, au point où, même pour réclamer un siège à l’assemblée populaire nationale, les citoyens des Issers, dans la wilaya de Boumerdes, ont fermé la route nationale reliant leur wilaya à la capitale. On en voit de tout dans un pays laminé par les coups bas et la corruption. Cela ne fait que conforter la nécessité d’une autonomie pour notre chère Kabylie.

De Bougie, par Amaynut