Après un mois de grève : La ministre de l’Education envoie une commission d’enquête à Tizi Ouzou

0
Benghebrit

TIZI OUZOU (Tamurt) – L’arrivée de cette commission d’enquête intervient le jour même où des dizaines de lycéens ont participé à une marche à Tizi-ville pour exiger qu’une solution soit trouvée afin de mettre un terme à « leur prise d’otages ».

Une commission d’enquête ministérielle est envoyée lundi par la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, à Tizi-Ouzou afin de tenter de dénouer le conflit opposant le syndicat Cnapeste et les profs de lycées à la direction de l’éducation. Il a fallu plus d’un mois de grève, ayant paralysé tous les lycées de la wilaya,  pour qu’enfin la ministre de l’Education daigne réagir et intervenir alors que durant toute cette période, la même responsable du secteur à l’échelle nationale n’a pas bougé le petit doigt. La commission d’enquête composée de six membres, des cadres du ministère de l’Education, a commencé à mener son travail d’investigation en interrogeant des responsables à l’intérieur même de la direction de l’éducation de la wilaya de Tizi-Ouzou. Les membres de ladite commission étaient encore en train d’écouter les témoins dans cette affaire ce lundi à 18 heures. Selon des sources concordantes, ladite commission rencontrera aussi, au courant de cette semaine, l’enseignante victime de l’agression ayant été à l’origine de cet interminable et inextricable bras de fer. Les responsables du bureau de wilaya du Cnapeste seront entendus par ladite commission dans la perspective de trouver une solution qui permettra aux lycéens de renouer avec les études après plus d’un mois de grève.

La mission principale de la commission d’enquête en question sera de mener des investigations dans la perspective de déterminer les circonstances exactes de l’agression de l’enseignante. Ce lundi également, des dizaines de lycéens ont pris part à une marche qui les a conduits du siège de la direction de l’éducation vers celui de la wilaya. L’objectif de cette marche consiste à demander qu’une solution soit trouvée pour que la reprise des cours puisse avoir lieu dans les meilleurs délais.

Tahar Khellaf