Après plus de 55 jours de grève de la faim des sans papiers à Lille – La préfecture régularise au compte-goutte

2

La situation va de mal en pis pour les sans-papiers en France. En dépit des mouvements de protestation d’envergures enclenchés par plusieurs centaines de sans-papiers, dont la plupart des Algériens et des Kabyles, les autorités françaises continuent à faire la sourde oreille. La grève de la faim initiée depuis plus de 55 jours maintenant à la ville de Lille par les sans-papiers qui cumulent plusieurs années de présence sur le sol français, se poursuit toujours. Sur les 161 grévistes ils étaient 66 à poursuivre la grève de la faim.
Cette décision des sans-papiers grévistes de la faim survient après la rencontre tenue avec la préfecture. « Une nouvelle rencontre a été organisée ce lundi 24 décembre à la préfecture avec le comité des sans papiers (CSP) 59 en présence de représentants de la LDH et du MRAP. Le préfet appelle à nouveau à la responsabilité de chacun et demande instamment aux personnes se déclarant en grève de la faim de cesser leur action qui met leur santé en danger. Il rappelle que les situations des personnes signalées aux services de la préfecture sont examinées au cas par cas : – 40 personnes sont actuellement en situation régulière dans notre pays dans la mesure où elles ont déposé une demande d’asile – 9 personnes qui pourraient être régularisées ont été invitées à se présenter en préfecture du Nord, ce mercredi 26 décembre – 44 autres personnes dont la situation est susceptible d’entrer dans les critères de la circulaire du 28 novembre sur l’admission exceptionnelle au séjour, ont également été invitées à se présenter en préfecture, dès ce mercredi 26 décembre, pour déposer ou compléter leur dossier – 37 personnes dont les dossiers connus des services de la préfecture ne satisfont pas aux critères de la circulaire sont invitées à se présenter pour faire valoir le cas échéant les éléments nouveaux qui justifieraient un nouvel examen dans le cadre de cette circulaire – enfin, 31 personnes pour lesquelles la préfecture ne dispose d’aucun dossier à ce jour, sont également appelées à déposer un dossier complet auprès de ses services et répondant aux critères de la circulaire. Toutes les personnes qui remettront un dossier complet se verront délivrer une attestation de dépôt leur permettant de justifier que leur situation est en cours d’examen. Compte-tenu de ces propositions, le préfet invite le CSP 59 et l’ensemble des associations accompagnant les démarches des étrangers en situation irrégulière à permettre le bon déroulement de l’instruction des dossiers et souligne que tout trouble à l’ordre public ne peut que nuire à la poursuite d’un dialogue serein et apaisé ».

A la lecture expliquée de ce communiqué du préfet, nous avons ajouté les informations suivantes : – la demande a été rejetée par la préfecture au sujet des huit grévistes sans papiers arrêtés lors de l’évacuation de l’Eglise Saint Maurice à la demande du diocèse, qui a de surcroît porté plainte pour «dégradation » (les huit sont convoqués au TGI en juin 2013) et aucune réponse – ni oui, ni non – n’a été donnée par la préfecture à la demande de fournir la liste nominative des 40 sous récépissés, des 31 « inconnus » de la préfecture, des 37 qui sont refusés à la régularisation sur la base de la circulaire.

Il est clair qu’après ce compte rendu, les à priori préfectoraux et d’une certaine presse aux ordres (après la subordination de certains hospitaliers) qui se sont exprimés ou mentent encore une fois sur les « responsables », les « militants », et autres « manipulateurs des grévistes de la faim » ne sont en réalité que stratagème dans le cadre du déni de la grève de la faim par le préfet qui a laissé se développer celle-ci jusqu’à plus de 50 jours aujourd’hui.
Le CSP59 demande encore une fois la prise en compte de la grève de la faim sur la base des faits énoncés par l’actuel président de la République : – « pas de régularisation massive, cas par cas, réparation des injustices causées par le gouvernement précédent », ce qui permet des engagements clairs et échelonnés du préfet.
Le CSP59 demande au ministre de l’intérieur d’intervenir pour sortir de la crise humanitaire grave qui s’installe à Lille parce que le préfet a été sourd à la simple revendication du droit à la défense argumentée qu’il vient seulement d’accepter maintenant après près de 50 jours de grève de la faim.
Les inquiétudes apparentes de la préfecture sur l’état de santé des sans-papiers grévistes ne doivent pas demeurer qu’une simple « stratégie de pression » sur la délégation du CSP59 lors des rencontres, elles doivent concrètement devenir une prise en compte de la grève de la faim comme une réalité dans laquelle l’Etat français, la préfecture du nord ont une responsabilité indéniable.
Les avancées actuelles de la préfecture sont certes d’un très grand intérêt pour l’Etat de droit, les valeurs de la république, la démocratie française et pour le CSP59 (sans papiers grévistes et non-grévistes).
Mais manifestement les réponses de poursuites de 66 sans-papiers grévistes de la faim au 53éme jour lors de la consultation expriment la nécessité de prendre en compte leur refus de s’alimenter. Il est frappant de constater que même des sans-papiers grévistes de la faim « régularisables » de la liste des 44 ont décidé de poursuivre leur refus de s’alimenter. ON NE PEUT DIRE PLUS CLAIRMENT AU PREFET QUE LA CONFIANCE NE REGNE PLUS ( le refus de libérer les deux qui sont détenus au CRA) !!

Le CSP59 annonce que ce mardi 25 décembre, le SAMU a été appelé pour aider à la réalimentation médicalisée des sans papiers grévistes qui ont suspendu et le mercredi 26 décembre les sans papiers, notamment grévistes des 9 « régularisés », des 44 « régularisables », 31 « inconnus » et 37 « refusés » seront accompagnés en préfecture si leur état le permet afin de procéder aux actes administratifs les concernant.
Le CSP59 :
– appelle à un rendez vous de solidarité avec les sans papiers grévistes de la faim tous les jours au parvis de l’église Saint Maurice à 18h,
– invite les élus à visiter les deux honteusement détenus au CRA en vertu d’un détournement de procédure,
– demande à l’Evêque de Lille de retirer la plainte pour « dégradation » ( ?!) prétexte de la rétention au CRA des deux grévistes,
– réitère à la Mairie de Lille d’installer des toilettes chimiques sur le parvis de l’église Saint Maurice,
– demande un nouveau rendez vous urgent en préfecture pour une prise en compte de la grève de la faim,
– appelle à la manifestation au 58éme jour le samedi 29 décembre à place de la République.

Syfax N’Ath Wezguen