Après les avoir traités de « voyous » : Les supporters de la JSK répliquent à Hannachi

1
Supporters JSK

KABYLIE (Tamurt) – La réponse des supporters de la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) suite aux attaques verbales proférées par Mohand-Chérif Hannachi, l’indu président du club kabyle, ne s’est pas fait attendre.  

Ainsi, le Comité de Sauvegarde de la JSK, qui mène les actions de protestation visant à rendre au club son  lustre d’antan, a réagi de manière directe aux insultes de Hannachi, qui excelle dans « l’art » de dire n’importe quoi, n’importe comment. Ce comité a rappelé qu’en organisant la marche de samedi dernier, ils n’ont fait que réagir par amour à leur club fétiche. Ce dernier, faut-il le rappeler,  ne cesse de se précipiter dans l’abîme en risquant d’être rétrogradé en deuxième division à chaque nouvelle saison sportive. Le même comité a aussi rappelé qu’il ne sert absolument à rien de chercher où sont les racines du mal et de la malédiction qui frappent la JSK depuis au moins une dizaine d’années. « C’est Hannachi », répondent les animateurs du Comité en question. « Il est temps pour ce président ayant détruit la JSK de partir de ce club », ont affirmé de nombreux membres du comité de sauvegarde de la JSK en guise de réaction aux déclarations infamantes de Hannachi.

Ne voulant pas tomber dans le même style de communication, indigne, que celui employé par Hannachi, les membres du Comité de Sauvegarde de la JSK n’ont, à aucun moment, fait usage d’un vocabulaire ordurier en lui répliquant. Ils ont tout juste rappelé qu’en dépit de la mauvaise gestion de Hannachi, les supporters ont continué à soutenir le club jusqu’au dernier match de la saison 2016/2017 afin d’aider le club à ne pas quitter sur la pointe des pieds la première division. Et au lieu que Hannachi rende hommage à ces milliers de supporters, il les traite de voyous !  Les animateurs du même Comité ont souligné que la marche de samedi dernier sera suivie par d’autres actions dans les prochains jours afin d’exiger le départ de Hannachi et pour que ce dernier restitue le club de le symbole de la Kabylie aux kabyles, aux vrais.

Tahar Khellaf