APW de Tizi-Ouzou – Le groupe RCD s’attaque à ses camarades du FFS, FLN et RND

1

Les conclusions des travaux de la session de l’APW de Tizi-Ouzou, qui s’est tenue, rappelons-le, durant les journées des 17 et 18 du mois en cours, n’ont pas du tout été du goût du groupe du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD). La déclaration rendue publique titrée « APW FFS/FLN/RND : quand la médiocrité et l’anarchie règnent en maître ! » renseigne largement sur la grosse différence de vision des choses entre les élus du RCD et ceux issus des trois autres formations politiques citées.

Et dans son préambule, les signataires du document montrent déjà leur courroux puisqu’ils notent que « la première session de la nouvelle APW de Tizi-Ouzou s’est déroulée dans une anarchie et médiocrité sans pareilles ».
« Les débats qui devaient normalement porter sur le bilan du wali, peut-on encore lire dans le préambule de la déclaration, ont finalement été une occasion pour les élus de l’alliance (FFS, FLN RND) d’accabler la population de la wilaya, accusée d’être à l’origine du retard dans le développement, en utilisant l’argument « des oppositions » que se plait à répéter l’administration, dédouanant ainsi les tenants du pouvoir de toute responsabilité ».
« Le comble, crie encore le groupe RCD, est atteint lorsque « des élus » exhortent l’administration à recourir aux forces de répression pour corriger des citoyens dont le seul crime est de défendre les intérêts de leur localité ».

Pour rétablir leur « vérité », les signataires de la déclaration notent que « personne n’ignore que ce n’est pas la population de Tizi-Ouzou qui s’est opposée au projet PNUD arraché par l’assemblée RCD. Ce n’est non plus la population qui a délocalisé la centrale thermoélectrique d’Azeffoun, ni rejeté l’implantation sur le littoral de la région du complexe industriel du groupe CEVITAL. Ce n’est pas non plus la population qui a bloqué la commission d’enquête relative à la gestion des plus troubles du secteur de la culture, comme elle n’a jamais été à l’origine du refus de la construction d’un nouveau CHU dans la wilaya ». « Ces quelques exemples, parmi tant d’autres, conclut le groupe RCD sur ce volet précis, illustrent parfaitement l’anti-kabylisme planifié que subit la région ».

S’attaquant ensuite au seul FFS, les auteurs de la déclaration commencent par annoncer qu’ « il est connu que le ridicule ne tue pas ! » avant de poursuivre leur diatribe : « Les élus FFS le confirment, en votant publiquement l’enveloppe FCCL, destinée à la police communale qu’ils ont pourtant qualifiée, durant plus de deux décennies, de milice. Il est vrai que les reniements sont le prix à payer pour s’intégrer en montrant pattes blanches ».

Avant d’annonce qu’il se fait « un devoir d’alerter la population de la wilaya sur toutes les dérives de l’alliance (FFS, FLN, RND) qui prête allégeance au pouvoir », le groupe RCD de l’APW de Tizi-Ouzou lance encore une pique à l’endroit du FFS en ces termes : « Quand les élus du FFS dénoncent l’insécurité en Kabylie, c’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Des années durant, ne se sont-ils pas opposés à une session sur l’insécurité et à toutes les actions des citoyens qui réclamaient, légitimement, la protection constitutionnelle de l’Etat ? ».

Said Tissegouine