APW de Tizi-Ouzou : Rapports sur les dégâts provoqués par les intempéries

3

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Comme nous vous l’avons annoncé dans notre édition d’hier, nous publions aujourd’hui les rapports des directions de la wilaya de Tizi-Ouzou sur les dégâts provoqués par les intempéries du mois dernier et la déclaration du groupe RCD APW. Concernant celle-ci, la voici dans son intégralité.

« Monsieur le président, Monsieur le wali, honorable assistance, bonjour !

Notre wilaya a connu durant ce mois de février 2012, une tempête de neige sans précédent. Routes bloquées, électricité et gaz coupés ou perturbés, souvent sans eau, gaz butane soumis à une honteuse spéculation, stocks de vivres épuisés…nos villages étaient isolés durant plus de deux semaines. Notre population, visiblement mal préparée à ce type de difficulté, a vécu cette situation dans l’angoisse et le désarroi, se sentant abandonnée et livrée à elle-même. Elle a puisé sa survie surtout dans sa solidarité ancestrale qui demeure malheureusement insuffisante face à l’ampleur du désastre. Ces intempéries ont cependant, le mérite de montrer, même aux plus incrédules, l’incompétence, l’immobilisme et les limites du système de gouvernance en Algérie. Les élus locaux, présents sur le terrain dès les premiers flocons de neige, ont fait face avec courage et responsabilité. Démunis de moyens, armés de leur seule crédibilité, ces élus ont su susciter un élan de solidarité citoyen à la hauteur de l’urgence.

Les différentes directions de wilaya, mobilisées en la circonstance, ont manqué d’efficacité à cause de l’insuffisance de moyens mis à leur disposition. Les entreprises du secteur privé ont joué un rôle déterminant. Leurs actions ont permis de sauver en partie une situation qui aurait pu être plus dramatique pour notre wilaya. A ce titre, nous les remercions. Nous saluons également l’aide et l’intervention des wilayas de l’ouest du pays qui ont répondu au cri de détresse de notre population. Le désintérêt pour le sort de la population de cette région est particulièrement remarquable jusqu’au plus niveau de l’Etat. Le conseil des ministres présidé par Bouteflika au plus fort des intempéries n’a exprimé aucune compassion ; à l’APN, c’est le silence radio, visiblement préoccupée ; comme le reste de nos dirigeants, par les élections législatives prochaines, dites pompeusement « propres et honnêtes ». La réponse du petit peuple méprisé, à toutes leurs élucubrations, sera cinglante le dix mai. Notre wilaya, qui subit des années durant un lourd retard dans son développement, est terrassée par cette tempête qui a causé des dégâts considérables. Le président de l’APW a décidé, à juste titre, une session extraordinaire pour engager un débat serein et sans complaisance sur la situation réelle et tirer les leçons qui s’imposent. Les élus du FFS, du FLN et l’unique élu du RND ont fait alliance pour bloquer la déclaration qui fera de notre wilaya une zone sinistrée. Ce blocage empêchera Tizi-Ouzou d’avoir droit, conséquemment, à des prises en charges totales des dégâts tant matériels qu’humains. Ils justifient leur blocage en disant : « Nous refusons de donner au RCD une tribune pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement et les élections législatives du dix mai prochain. »

La réalité, nous la connaissons ! Il s’agit de la coalition St EGEDIO qui se reconstitue sournoisement, avec en plus, un zeste de RND néo-islamiste. La réalité, nous la connaissons ! Il s’agit de tous les grenouilleurs qui rêvent de la députation et dont le regard est rivé sur la liste de leur parti respectif à qui ils veulent plaire par leur danse du ventre. Ce qui est cocasse dans cette situation, c’est ce FLN et ce RND qui donnent des leçons au RCD. C’est ce FFS à la « chéchia de St EGEDIO » qui donne des leçons au RCD, alors qu’hier encore, aux commandes de l’APW, il a organisé une session extraordinaire « pour soutenir les frères palestiniens et libanais… ». Quelle leçon peut bien donner un FFS qui dédie, toute honte bue, sa dernière convention nationale à « son grand » frère disparu, feu MEHRI ?

La session extraordinaire de l’APW, relative aux catastrophes naturelles passées, aura lieu et des leçons seront tirées, n’en déplaise à ce clan uni par les seules législatives du dix mai prochain. Quant au groupe RCD à l’APW de Tizi-Ouzou, il participera à cette session et exigera des pouvoirs publics de déclarer notre wilaya « zone sinistrée » pour la faire bénéficier d’un programme spécial qui atténuerait un tant soit peu ce calvaire au quotidien que vit la population.

Tizi-Ouzou, le 28 février 20I2, chef de groupe RCD/APW : Dr Hadj-Saïd Nacer ».

Rapports des directions de wilaya,

Direction des services agricoles :

I) Infrastructures publiques : le réseau des pistes agricoles, déjà dégradé lors des saisons hivernales précédentes et resté sans entretien, a été aggravé par les dernières précipitations. Il a été dénombré I3I localités (pistes) partiellement touchées, totalisant I25 km ébalués à 3I 250 000 DA.

Des gabions de protection de terres agricoles au niveau des berges de l’Oued Bougdoura (DBK) et l’Oued Sebaou (Tadmaït) ont été emportés par les crues, avoir été déstabilisés par le pillage de sable. La reconstruction de ces ouvrages de protection d’un volume de 4.000 M cube est évaluée à I8.000.000 DA.

2) Infrastructures administratives : une clôture de la Subdivision Agricole de Aïn El Hammam a été complètement détruite lors des opérations de déneigement par l’utilisation d’engins. Le montant de la réparation est arrêté à 227.000 DA. La station régionale de la protection des végétaux sise à Draâ Ben Khedda a été inondée suite au débordement du canal d’évacuation obstrué par d’innombrables détritus. Même sans dégât sur l’institution, le traitement de ce point noir doit être pris en charge dans le cadre de l’aménagement urbain global de la zone.

3) Patrimoine productif des exploitations agricoles : L’ampleur des dégâts enregistrés sur les biens des exploitations agricoles, tant sur les productions animales que sur les productions végétales, varie d’une zone à une autre sous l’effet combiné de plusieurs facteurs : altitude – état des bâtiments d’élevage et savoir faire des exploitants.

-Production végétale : – Verger oléicole : touché sur une zone de près de 10.000 ha (sur 33.000 existants) avec des niveaux d’endommagements allant de 10 à 40 % d’arbres atteints par la cassure de branches ou charpentières. Des cas de déracinement complets sont minimes et rarement perceptibles. Il faut signaler que dès la reprise végétative, ces oliviers se reconstitueront d’eux-mêmes.

– Agrumes : une superficie d’environ 109 ha (sur 1400 existants) entre Tadmaït et Tizi-Rached, a été aussi affectée par des cassures de branches et chutes de fruits insignifiantes, évaluées à moins de 7% de la production.

– Plasticulture : 12 chapelles maraîchères, soit I/2 ha, sont détruites.

– Production animale (Mortalité du cheptel) :

– 20.000 essaims d’abeilles, soit 20% de l’effectif total. A noter que 10 % sont toujours considérés comme des mortalités hivernales normales.

– 38 bovins sur un effectif total de wilaya de 104 534 têtes

– 69 ovins sur 196 907 têtes existantes

– 80 caprins sur 615I0 têtes existantes

– 36 500 sujets d’élevage avicole sur un effectif chair et ponte de1 500 000

– 126 sujets d’élevage lapin sur 8 000 en place.

– Infrastructures d’élevage : Il a été observé en général des affaissements de toiture sur des bâtiments construits de manière précaire. Ainsi, 107 étables- 13 bergeries et chèvreries – 228 poulaillers dont 19 précaires – 120 serres avicoles – 2 abris d’élevage lapins ainsi que 44 autres hangars divers ont été touchés.

Direction des Ressources en Eau :

– Perte de 8 transformateurs dont six ont été remplacés,

– Destruction de plusieurs forages fragilisés qui ont été emportés et/ou déstabilisés par les crues,

– La rupture de canalisations traversant les cours d’eau, rompant des chaînes d’AEP plus ou moins importantes, notamment à Khadra, Mekla, Sidi Namane, Aït Yahia Moussa et l’affaissement du collecteur du transfert du barrage Koudiet Acerdoune vers les localités sud de la wilaya privant ainsi d’eau une population de plus de 120 000 habitants,

– Risque d’inondation et/ou d’effondrement de structures d’envergure telles que les stations d’épurations de Tizi-Ouzou Est, Tizi-Ouzou Ouest et Tigzirt menacées par les affouillements et l’effondrement des berges,

– De même qu’un nombre important (21 au moins) de retenues collinaires ont subi des dégâts plus ou moins importants tels que celles de Tizi-Ouzou, Mekla, Boudjima, Fréha, Ouadhias, Ouaguenoun, Tadmaït, Draâ El Mizan, Yakourene et Azeffoun. Cette situation accentue le risque d’inondation des agglomérations situées en aval de ces ouvrages. L’linéaire global de 45.000 ML de canalisation d’AEP et d’assainissement, ainsi que 20 forages emportés par les crues ou colmatés, la déstabilisation de 30 sources de moyenne importance, et de 8550 M3 de gabions de protection.

Direction du Logement et des Equipements Publics :

Les dégradations causées par les intempéries aux immeubles collectifs : il a été recensé 335 bâtiments endommagés ; ces dégâts concernent principalement les toitures et les étanchéités des terrasses recensées sur 42 localités. Dégradations des toitures : 170. Dégradation des étanchéités terrasse : 165 ; Total ; 335.

Pour le secteur des équipements publics, l’évaluation des dégâts est estimée à 1. 000.000.000 DA et se résume comme suit, à l’exception de la daïra d’Iferhounène, où les expertises sont en cours. Daïras concernées : 21 (celle d’Iferhounène n’est pas prise en compte). Communes concernées : 51.

Estimation des dégâts : Ecoles primaires : 352.66.000 DA, CEM : 276.000.000 DA et lycées : 65.000.000 DA. Total : 693.000.000 DA.

Direction des Travaux Publics :

– Etat non exhaustif des dégâts enregistrés à ce jour fait ressortir : – L’érosion de la rampe d’accès du pont sur Oued Bougdoura RN12 (Draa Ben Khedda), provoquant la fermeture de la RN12, dont les travaux de confortement d’urgence ont été entrepris et achevés (ouvrage remis en circulation),

– D’importants glissements de terrain sont apparus sur le réseau routier à l’exemple du : – glissement du CW 147 PK 14 (route de Maâtkas) engendrant la fermeture de la route à cet endroit ; ce qui a nécessité une intervention d’urgence, la circulation a été déviée provisoirement sur le CW 228 (Timitine), Glissement CW02 PK 02+500 (route de Bouhinoun) : la circulation se fait sur une voie, CW 48 (route de Tizi-Ghnif) : glissement important ayant entraîné la moitié de la chaussée, les travaux d’élargissement sont engagés, d’importants éboulements sont survenus, parfois entravant toute la chaussée. Les actions de leurs dégagements se poursuivent. Il est à noter que compte tenu de l’état des sols, d’autres glissements pourraient survenir. Certains pourraient nécessiter des études approfondies. C’est pourquoi l’estimation globale des dégâts ne peut à présent être établie.

Direction de la poste et des Technologies de l’Information et de la Communication :

– Les équipements concernés ayant subi des interruptions sont au nombre de 114, à savoir : 76 URAD et 38 BTS. Par ailleurs, il a été enregistré d’autres dysfonctionnements dans les compartiments de services suivants :

– Equipements de communication : 06. Perte : 660.000 DA.

– Equipements d’énergie : Un (01) atelier d’énergie. Perte : 358.470, 11 DA.

– Equipements transmission, fibre optique : perte estimée à 8.092.925, 10 DA. L’estimation des pertes générales est de l’ordre de 9.111.395, 21 DA.

Direction de l’Energie et des Mines :

Les dégâts enregistrés sur le réseau de distribution du gaz naturel consistent généralement en la détérioration ou la démolition des chambres à vannes, les bouches à clés de vannes, dues au déneigement par les engins, ainsi que le déterrement des conduites en raison de l’affaissement et glissement de terrain. Pour remédier à cette situation, les services de SONELGAZ ont préconisé les mesures consistant à changer les accotements, renforcement par le gabionnage et la réfection des chambres à vannes. Le montant financier global nécessaire à la réparation du réseau de distribution gaz est estimé à six millions de dinars (6.000.000.000 DA). Il faut noter que ce bilan n’est pas définitif. Il y a lieu d’approfondir l’expertise après déneigement.

N.B : Nos lecteurs doivent savoir que pour des raisons d’espace, nous avons décidé de ne pas reproduire dans toute leur intégralité les textes établis par les directions concernés de la wilaya.

Said Tissegouine

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici