Arrestation massive de citoyens à Alger

10

ALGER (Tamurt) – Les autorités ont répondu à cette marche qui a eu comme mot d’ordre « 30 ans de luttes pour Tamazight et la Démocratie » par un dispositif de policiers et plusieurs barrages destinés au contrôle et à la répression des manifestants.
« … comme à l’accoutumée, la chasse à l’homme commence, ainsi une centaine de citoyens ont été arrêtés et conduits aux commissariats, d’Ain Benian, et Cherraga… » souligne le CMA dans sa déclaration.

Selon le CMA, les services d’ordre ont arrêté les citoyens présents à la marche du 30e anniversaire du Printemps amazigh, dont des journalistes, des délégués du mouvement citoyen, des militants du MDS et un membre du Congrès mondial amazigh.

« Cette énième provocation et atteinte aux libertés d’expressions, démontre que le régime dictatorial algérien a fait de la capitale, Alger, une forteresse où toute expression de rue est reçue par la matraque et la répression, justifiant ainsi le maintien de l’État d’urgence et démontre aussi la négation de toute revendication démocratique et identitaire. », lit-on dans la déclaration?

L’état d’urgence dure en Algérie depuis 1992 sous le fallacieux prétexte du maintien de l’ordre, alors qu’il ne s’agit que du maintien d’un ordre : celui de la dictature totale du régime en place.

C’est ainsi que le régime algérien continue sa répression et interdiction des marches dans la capitale algérienne et le reste du pays.

MADJID. S.A