Artiste, Tu es vivant, je t’ai vu à Boumessaoud

1

Hommage à Dda Cherif kheddam.

Artiste, Tu es vivant, je t’ai vu à Boumessaoud.

Dda Cherif kheddam, notre Maestro, tu es éternellement vivant dans tous les cœurs Kabyles.

Je t’ai vu ce samedi 26 janvier 2013 à Boumessaoud.

J’ai vu ta générosité dans la qualité de l’accueil réservé par les citoyens de ton village natal à tous les présents sans distinction aucune.

J’ai vu ton progressisme précoce dans la présence des femmes et des hommes qui sont venus te saluer sans discrimination de sexe.

J’ai vu la beauté de tes œuvres éternelles dans la beauté du Djurdjura qui a porté sont burnous blanc pour nous rappeler le nif kabyle qui caractérise la profondeur de tes textes.

J’ai vu la rigueur de l’école kheddam dans le respect religieux dont Malika Domrane écoutait tes chansons interprétées par une chorale qui représente ta relève.

J’ai vu ta sensibilité dans les larmes de Ali ideflawen qui ne s’est pas retenu de pleurer quant il écoutait « Achal d avrid a y sligh ».

J’ai vu ton amour à ta patrie et à ta Kabylie dans la détermination de Nna Nouara At Mebarek enveloppée dans le drapeau Amazigh.

J’ai vu ton visage angélique dans les yeux de ton fils qui saluait chaleureusement tous les pèlerins qui sont venus te voir vivant.

Dda cherif Kheddam, je t’ai vu vivant à Boumessaoud