Mise au point concernant l’association Taourirt Menguellet en France

1
e au point concernant l’association Taourirt Menguellet en France
e au point concernant l’association Taourirt Menguellet en France
(MISE AU POINT) – Suite à la publication de l’article:” Quand la représentativité fait défaut” paru sur Le Matin et Tamurt, respectivement les 21 et 23 novembre 2015. Nous, assemblée du village, tenons d’abord à préciser  que le contenu de cet article n’émane pas de son signataire.

Cependant, il a bien été approuvé par les citoyens présents, comme étant ce qui est ressorti de l’assemblée du village, du 08 novembre 2015. Cet article ne pourrait donc, en aucun cas, être une critique personnelle propre à son signataire, à qui nous avions confié la rédaction. Nous précisons ainsi que les journaux ont exigé les références du signataire, à savoir ses nom et prénom, correspondant à sa boîte mail d’envoi, afin d’éviter toute usurpation et satisfaire l’accord à la publication.

Ainsi, suite à la situation conflictuelle entre l’association Tarwa et nous, comité du village, nous avions été sollicité par Tarwa, pour discuter de problèmes de fond. Nous avions donné notre accord, et nous sommes ainsi réunis en date du dimanche 29 novembre 2015, au 37 rue de Strasbourg 93200 Saint Denis. Cette assemblée a eu lieu avant la réunion officielle du village, prévue le premier dimanche du mois, correspondant au 06 décembre 2015, pour tenter de déminer le terrain et favoriser l’entente.

Nous avions convenu à l’avance de la tenue des discussions dans le respect mutuel. Certains éléments de Tarwa avaient soulevé d’abord la problématique de la parution des articles dans les journaux, et ils auraient préféré opter pour le linge sale qui se lave habituellement en famille.

Nous avions répliqué, que tout n’est pas bon dans la tradition, car à l’ère du numérique et de la modernité, nous avons le devoir de nous libérer de certains archaïsmes.

Alors! Oui, comme le dit le poète ciseleur de verbe Lounis :”Ghas ma nètsnagh sug ménugh id yèka l’haq”, (mot à mot): ” Même si on se dispute, c’est bien de la dispute qu’émane la raison… qui finit par l’emporter”. Et pour nous, Hommes habitués aux technologies modernes telles que le net, nous n’avons rien à regretter. Nous étalons tout, et nous nous fichons des appréciations de l’étranger. Ne sommes-nous pas fiers de Tamazgha? Nous y vivons en Hommes libres. La démocratie a été le premier goût dans nos bouches, nous l’avions tétée aux seins de nos mères, comme le dit le Rebel draineur de foules Lounès. Pour nous donc, la démocratie nous ne l’avions pas héritée à l’orientale, sous les tentes aux alentours des palmiers, à la méthode de “Dèm acoursi”, comme la surnomme notre talentueux Fellag.

Durant l’assemblée, les membres de l’association Tarwa se sont inquiétés de propos qui n’étaient pas suffisamment clairs dans l’article diffusé. Cela concerne les expressions notamment (1):”…accaparement de ce qui va avec…”, puisque cela pouvait être interprété comme étant des enrichissements personnels. Nous tenons à lever l’équivoque et nous confirmons n’avoir jamais voulu insinuer cela. Nous voulions parler d’éventuels usages de l’argent de la caisse, réservée essentiellement aux rapatriements des corps des défunts, pour la réalisation de projets que nous jugeons démesurés. Nous prenons comme exemple la construction d’une crèche à tamurt, ainsi que d’autres objectifs que se serait fixés l’association Tarwa. Nous avions dit (2)…” que l’art de distinguer et la finesse dans la façon de faire les choses, ont manqué chez eux, lorsqu’ils ont créé leur association censée nous représenter tous, en dehors du village. Enfin, nous avions tous constaté que la critique objective était finalement un mal nécessaire et nous a permis d’atteindre la phase du dénouement recherché.

Tout au long de la réunion, l’atmosphère s’est détendue au fur et à mesure que l’on avançait. Nous, comité du village et citoyens présents, avions remercié les membres de l’association Tarwa, d’avoir accepté les critiques objectives, notamment l’importance de la participation de tous les citoyens pour la création d’une nouvelle association qui nous représente tous.

Les membres de Tarwa ont jugé que pour l’intérêt de tous, il était préférable de dissoudre leur association, puisqu’elle a été créée en dehors du village.

Cependant, les membres de l’association Tarwa ont pris l’engagement devant les présents en assemblée, d’effectuer les démarches préfectorales nécessaires, afin de dissoudre promptement  leur association. Nous les avions invités à participer avec nous. Nous avions commencé le recueil des signatures pour le conseil d’administration, sous forme de liste qui reste ouverte à tous (femmes et hommes) de Taourirt. Nous avions ainsi décidé la création d’une association représentative de tous les citoyens, à l’appellation “l’immigré de Taourirt Menguellet” en kabyle “Iminigg n’Tawrirth Manguellat”.

Nous prônons le dialogue, nous avons fait en sorte qu’il règne durant l’assemblée. La liberté d’opinion et d’expression de chacun a été respectée, nous pensons que cela est un bon signe pour concrétiser notre projet.

Azzedine BOUKACI, citoyen du village Taourirt Menguellet