At Dwala – Mémorable marche populaire à At Dwala pour exiger la libération du jeune Ali Laceuk

0

Ils étaient plusieurs centaines de manifestants à marcher pacifiquement au niveau du chef-lieu de commune d’At Dwala (Béni-Douala) pour exiger la libération du jeune Ali Laceuk, originaire du village Tala Xlil (Thalla-Khellil) et fragile de santé lequel a fait l’objet d’un kidnapping au cours de cette journée du vendredi, 22 février 2013 non loin de son domicile.

Parmi cette marée humaine, composée des deux sexes et de tous les âges, figuraient naturellement de nombreux militants du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), à leur tête, M. Bouaziz Aït-Cebib, ainsi que des responsables politiques à l’instar du président des Bureaux régionaux RCD de Tizi-Ouzou et Boumerdès, M. Boussad Boudiaf, le sénateur, M. Mohamed Ikherbane, le président d’APC d At Dwala (Béni-Douala) et d’autres élus du peuple.

Divisés en une multitude de carrés bien ordonnés, les marcheurs, silencieux, ont parcouru l’artère centrale du chef-lieu de la commune pour arriver jusqu’au siège de la daïra où ils ont marqué une halte.

A l’occasion de celle-ci, les manifestants ont dégagé une délégation d’au moins une trentaine de personnes parmi laquelle figuraient la sœur et les deux frères de la victime, le président du comité du village de Tala Xlil (Thalla-Khellil), le premier magistrat de commune de la concernée.

L’objectif de la délégation était de rencontrer le chef de daïra et lui faire part de la doléance de citoyens par rapport à cette affaire. Ce dernier a rassuré ses interlocuteurs que les autorités ne lésineront sur aucun moyen pour que le jeune Ali Laceuk rentre chez-lui sain et sauf.

De leur côté, les délégués des manifestants ont insisté auprès du commis de l’Etat de la daïra d’At Dwala pour qu’il saisisse sa hiérarchie sur ce qui est attendu de la population des pouvoirs publics.

L’un des frères de la victime, Mohamed-Amokrane dit Farid a signalé au chef de daïra ce qui lui a semblé comme « anomalies » dans la manière dont a été mené l’enquête jusque-là. En ce qui le concerne, le sénateur Mohamed Ikherbane a rappelé au chef de daïra les vives inquiétudes, voire la psychose, des citoyens devant le climat d’insécurité qui s’est emparé dans la région et où « la région d’At Dwala, à elle seule, a enregistré pas moins de 07 kidnappings ».

Tout en mettant en avant l’incurie des pouvoirs publics compétents laquelle s’est traduite par « l’impunité » des crimes, le sénateur a déclaré à son interlocuteur que « c’est notre devoir d’élus de nous mobiliser en de pareilles circonstances et ce que nous exigeons de vous, M. Le chef de daïra, que vous transmettiez à qui de droit notre message pour que la victime de ce kidnapping soit retrouvée ». « Nous attendons aussi des pouvoirs publics plus de fermeté à l’égard des criminels car la situation ne plus durer comme ça », ajoute le représentant de l’APC. Comme réponse, le chef de daïra a fait la promesse de transmettre le message aux responsables concernés et réitéré qu’il n’épargnera aucun effort pour cette « triste affaire qui nous fait mal à tous » connaisse un dénouement heureux.

Avant que la délégation ne quitte le bureau du premier commis de l’Etat de la daïra d’At Dwala, le président du comité du village de Tala Xlil lui a remis une lettre signée par la coordination des comités de villages de la commune d’At Dwala. Dans cette lettre dont nous détenons une copie, ses signataires font référence au principal suspect de ce crime qui a ciblé le jeune Ali Laceuk.

Le document mentionne également les attentes des citoyens de la région de la part des pouvoirs publics à savoir retrouver sain et sauf la victime et punir le ou les coupables.

Une fois que les délégués retrouvent leurs camarades, la marche se poursuit. Destination : sûreté de daïra d’At Dwala qui se trouve juste à quelques mètres du siège de la daïra. Les mêmes délégués se sont retrouvés face au chef de sûreté de la daïra. Le fonctionnaire de police, comme le chef de daïra, a commencé par manifester sa sympathie à l’endroit de la famille de la victime.
« Le jeune Ali Lacuk est notre frère à tous et nous tous ressentons une vive douleur suite à sa disparition », a déclaré le chef de sûreté de la daïra avant de rassurer ses interlocuteurs que ses services font de louables efforts pour retrouver la victime.

Prié par le frère de la victime de révéler où en était l’enquête, le fonctionnaire de police a répondu qu’il ne sera pas de l’intérêt de l’enquête de révéler des informations y afférentes. « Ce que je puis vous dire, continue le chef de sûreté de la daïra d’At Dwala, c’est que l’enquête suit son cours ». « Je vous demande seulement de nous faire confiance », conclut le fonctionnaire de police.

Le sénateur Mohamed Ikherbane a fait part au chef de sûreté de la daïra des préoccupations des citoyens par rapport à cette affaire. Et avant de voir les délégués quitter son bureau, le chef de la police de la daïra d’At Dwala, a recu la lettre des mains du président du comité de village de Tala Xlil. C’est la même copie que celle qui a été donnée au chef de daïra quelques instants plus tôt.

C’est sur cet entretien avec le fonctionnaire de police que les manifestants, à la demande de leurs délégués, se sont dispersés dans le calme. Il y a lieu de noter enfin que ce rendez-vous populaire d’At Dwala a été provoqué et programmé par la coordination des comités de villages de la commune d’At-Dwala.

Rencontré sur place, le président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, a déclaré à Tamurt.info ainsi qu’à d’autres organes de la presse en ligne : « Nous sommes ici, avant tout, en tant que citoyens pour apporter naturellement notre soutien à la famille de la victime et exiger, avec l’ensemble des kabyles, la libération de la victime. Ensuite, nous sommes ici aussi en tant que responsables politiques pour dénoncer une conséquence concrète de l’insécurité entretenue en Kabylie par ce régime raciste d’Alger. La remise en liberté du suspect sans aucune investigation sérieuse reflète la démission de l’Etat face au phénomène des kidnappings, qui, faut-il le rappeler ne se produisent quand même qu’en Kabylie. Cette formidable mobilisation démontre à quel point la solidarité légendaire de la Kabylie reste une valeur sûre et que son peuple n’abdiquera jamais face à la terreur, de même qu’il n’épargnera aucun effort pour sauver la vie de l’un des siens. J’espère que notre frère Laceuk Ali, soit libéré saint et sauf. C’est le souhait de tous les kabyles à l’heure actuelle ».

At Dwala, Saïd Tissegouine,.info