At Vuɣerdan (Assi-Youcef) : Incursion terroriste au village de Soumaâ (Kabylie)

4

KABYLIE (Tamurt) – Selon des témoins, trois islamistes armés ont frappé à la porte d’une maison de ce village et demandé à son propriétaire de leur donner à manger. Celui-ci, devinant le danger, a non seulement refusé de leur ouvrir la porte, mais a aussi refusé de leur donner à manger. Par mesure de précaution, ce citoyen au sang-froid indiscutable, est monté sur le toit de sa maison pour ensuite entamer une discussion avec les intrus. « Je n’ai pas de nourriture à vous offrir », leur a-t-il signifié avant de leur préciser encore qu’il n’avait pas l’intention de leur ouvrir la porte de sa maison.

Après avoir constaté la résistance du citoyen, les trois criminels sont passés ensuite au stade de menaces. « Tu nous ouvres la porte et tu nous donnes à manger ou nous la démolissons pour te punir ensuite », ont proféré les trois terroristes.Devant le danger de cette situation, les femmes vivant sous ce toit ont commencé à pousser des cris de détresse ; ce qui alerta les voisins immédiats d’abord, l’ensemble des villageois ensuite. Et comme un seul homme, les habitants de Soumaâ ont quitté leur demeure pour secourir le leur. C’est suite à cette mobilisation que les trois criminels ont décidé de prendre la fuite vers une destination inconnue. Cependant, leur nombre exact n’est pas connu. Ils étaient probablement fort nombreux. Car en général, en pareille circonstance, pendant que deux ou trois agissent à découvert, les autres se tiennent embusqués dans le noir. Et ce n’est qu’au moment qu’une porte « innocente » s’ouvre que le propriétaire de la maison découvre que les envahisseurs sont à plusieurs.

Par ailleurs, il est à signaler que suite à cette agression, les citoyens du village de Soumaâ ont lancé un appel à l’ensemble des citoyens de la région pour organiser une manifestation au niveau du chef-lieu communal d’Assi-Youcef pour dénoncer cet état de fait qui semble s’inscrire en porte-à-faux par rapport à cette opération de ratissage. Il semble incompréhensible effectivement, qu’alors que l’espace entre deux militaires ne semble pas dépasser 10 mètres, de paisibles citoyens soient dérangés dans leur quiétude par des criminels. A quoi bon une opération de ratissage, aussi grandiose soit-elle, si des terroristes continuent de nuire ? Autrement dit, c’est toute la stratégie de lutte contre le terrorisme qui doit être revue. Et pour dire vrai, les militaires ont montré leurs limites depuis fort longtemps dans cette lutte.

Il serait très judicieux de confier la lutte anti-terroristes aux seuls citoyens qui, comme le Gouvernement Provisoire Kabyle le préconise, sauront l’organiser. Les forces combinées comme aiment à le répéter certains responsables de l’Etat algérien ne sont là que pour surveiller les Kabyles et non pour les protéger.