Ath-Yekhlef (Imechdalen) – Une tentative de kidnapping avortée

2

La victime, un trentenaire, infirmier de profession, a été surprise suite à une incursion armée en son domicile familial, menée par un groupe d’individus dont le nombre et l’identité restent inconnus. Les assaillants lui ont intimé l’ordre de les suivre. La victime tient tête et l refuse d’obéir à leur ordre.

Face à l’insistance des assaillants qui menaçaient de mort le jeune homme et sa famille, celle-ci trouve un moyen pour alerter les voisins et les habitants du village qui, dans un sursaut d’orgueil, ont accouru et porté assistance et secours à cette famille. Les ravisseurs on du déchanter devant la mobilisation et la solidarité des villageois, suite à quoi ils ont renoncé à la tentative d’enlèvement et ont pris la fuite vers une destination inconnue.

Il s’agit ici d’une énième tentative de kidnapping, actionnée par des groupes armés dont l’appartenance n’a pas été révélée. Les reproches vont directement à l’un des groupes islamistes armés, qui écume le massif forestier d’Ath Ouabane de la commune de Saharidj. On croit savoir de sources très au fait de la chose sécuritaire que cette les éléments du groupe armé voulaient enlever l’infirmier pour qu’il prodigue des des oins à un émir connu dans la région grièvement blessé et dont l’état nécessiterait un traitement médical d’urgence. On rappellera à ce propos, que ce n’est pas la première fois que les groupes armés enlèvent des spécialistes de la santé. On se souvient de ce cardiologue de Tizi-Ouzou, Nour Djellal, qui avait été kidnappé le 15 novembre 2011 entre Ath Aissi et Tizi-Ouzou, dans un faux barrage dressé par un groupe armé, en vue de soigner un émir. Il a été libéré près d’un mois après au même endroit où il a été enlevé.

Le village d’Ath-Yekhlef et à l’instar d’autres villages en Kabylie, reste livré à lui-même devant la dégradation de la sécurité.La solidarité et la mobilisation de la population a, une nouvelle fois, payé par son efficacité et sa détermination à se prendre en charge face à de de tels qui sèment la terreur te l’épouvante.

Aziz Ait-Amirouche.