Attaques incessantes du gouvernement de l’AKP contre la presse libre Interdiction du plus grand quotidien kurde en Turquie

0
Kurdes de France

 

COMMUNIQUE (Tamurt) – ÖzgürGündem, la voix des Kurdes et des démocrates en Turquie, a été interdit. Le quotidien ÖzgürGündem, connu pour ses publications sur la question kurde et la démocratie en Turquie, a été interdit par le gouvernement de l’AKP le 16 août 2016. Fondé le 30 mai 1992,ÖzgürGündemavait connu une première interdiction le 14 avril 1994. Beaucoup de ses publications avaient été saisies et nombre de ses journalistes arrêtés. Pour finir, la justice turque avait infligé de lourdes amendes au journal. Depuis sa fondation, 70 journalistes et autres employés du journal ont été exécutés par l’Etat. Malgré la répression et les exécutions sommaires, le journal a continué à être publié sous différents noms.

Le 3 décembre 1994, deux attentats à la bombe ont été perpétrés simultanément contre les locaux du journal(qui portait alors le nom d’ÖzgürÜlke)à Istanbul et Ankara. Un distributeur du journal, ErsinYildiz, a été tué et 23 journalistes ont été blessés dans le double attentat. Des années plus tard, on a découvert des documents démontrant l’implication dans ces attentats de la Première ministre de l’époque, Tansu Ciller. Le rapport de la commission du parlement turc chargée d’enquêter sur les attentats évoque l’existence d’un document du 30 novembre 1994 portant signature de Tansu Ciller, soit quelques jours avant les attentats, un document mentionnant la nécessité de mener « une lutte efficace contre toutes les publications soutenant le terrorisme, notammentÖzgürÜlke ».

La publication d’ÖzgürGündema repris le 4 avril 2011, après 17 ans d’interruption. Les pressions ont alors recommencé avec des saisies de publications, des amendes et des arrestations, mises en examen et emprisonnements de centaines de journalistes et employés, dont des dizaines sont encore en prison aujourd’hui.

Le 20 juin 2016, ErolOnderoglu, représentant de Reporters sans Frontières en Turquie, SebnemKorurFincanci, Présidente de la Fondation turque des Droits de l’Homme et Ahmet Nesin, Professeur et écrivain, ont été arrêtés pour avoir participé à une campagne de solidarité avec le quotidien d’ÖzgürGündem.

Les pressions touchent, au-delà d’ÖzgürGündem, tous les médias de l’opposition. On ne peut pas parler de liberté de la presse en Turquie.

Les attaques de RecepTayyipErdogan et de l’AKP contre la presse rappellent celles des années 90. Les pressions exercées sur les médias sous le régime d’Erdogan dépassent celles qu’on a pu connaître sous le régime du coup d’Etat de 1980 ou sous le gouvernement dirigé par Tansu Ciller. Erdogan n’a rien à envier aux Leaders despotiques du Moyen-Orient, tels queBachar El-Assad.

Nous condamnons fortement l’interdiction d’ÖzgürGündem et des autres médias de l’opposition et appelons toutes les organisations de défense de la presse, l’ONU, l’Union européenne, le Conseil de l’Europe à dire stop à Erdogan et son gouvernement et à agir pour mettre un terme aux violations de la liberté de la presse.

Le Conseil démocratique kurde en France