Aucun candidat à la présidentielle ne parle de tamazight

2
Election presidentielle
Election presidentielle

ALGERIE (TAMURT) – La question de l’officialisation de tamazight ne semble intéresser aucun politicien ni aucun parti politique, en Algérie. Aucun candidat pour le moment n’a fait la moindre allusion à la langue amazighe. Le candidat de l’armée, le général en retraite, Ali Ghediri, agit comme si la tamazight n’existe pas. Pourtant, le directeur de campagne n’est autre que le kabyle Mokrane Aït Larbi. La question de la pseudo reconnaissance de la langue tamazight est complètement bannie de la scène politique.

Le pouvoir algérien a réussi à berner tout le monde. Il a crée une académie fantoche pour que personne n’évoquera cette question. En absence de Saïd Sadi de la course électorale, l’officialisation de la langue tamazight est écartée du débat. Pourtant cette langue n’est pas encore vraiment officielle en Algérie.

Son enseignement n’est même pas généralisé ni en Kabylie ni ailleurs. Pour l’administration, la langue tamazight est complètement absente. Dans les tribunaux, les juges font toujours appel à des interprètes kabyles pour comprendre les citoyens qui s’expriment en langue tamazight.

Ravah Amokrane