Aucun congé pour Yennayer

1

KABYLIE (Tamurt) – Alors que la langue Tamazight est inscrite, officiellement, dans la constitution algérienne ou, plutôt, la constitution de la famille de Bouteflika, sur le terrain, on ne trouve aucune décision qui prouve cette officialisation. Même pas sur le plan symbolique.

Yennayer

Rien que pour le jour de l’an Amazigh, qui coïncide avec le 11 janvier du calendrier grégorien,  cette journée sera ordinaire. Elle n’est même pas considérée come fériée. En d’autres termes, sur le plan pratique, Tamazight est loin d’être reconnue comme étant officielle. Un mépris et une insulte à tous les Berbérophones de l’Algérie et surtout aux kabyles. Le régime algérien n’a aucun  respect pour l’identité des Amazighs.

« Auparavant, Tamazight n’était pas reconnue officiellement, donc si Yennayer n’était pas considéré comme une journée fériée,  on pouvait l’accepter. Mais reconnaître Tamazight dans la constitution pour narguer le premier jour de l’an Berbère est un mépris assumé de la part du régime raciste d’Alger », fulminera un citoyen, ce matin, à Tizi-Ouzou. La constitutionnalisation de Tamazight n’est qu’un leurre.  Rien n’empêche, en Kabylie, le 12 janvier, ou le premier jour de l’an Berbère, est toujours célébré avec faste. Les écoles et les structures publiques sont fermées et cette journée est une fête à travers toute la Kabylie. C’est le plus important !

Lounès B News