Aucun kabyle en lice pour la présidentielle du 12 décembre

4
Election présitentielle, Algérie
Election présitentielle, Algérie

ALGERIE (TAMURT) – Aucun des candidats à la candidature à l’électionprésidentielle du 12 décembre prochain, en Algérie, n’est kabyle. Le poste de président de la République, en Algérie, semble être hors de portée de toute personnalité kabyle. Hormis quand il s’agit de se présenter pour camper le rôle de lièvre comme nous l’avons vu plus d’une fois dans le passé.

Quant à avoir un jour un président de la République kabyle, ceci semble relever de l’utopie. En tout cas, cette option est impossible tant que les présidents de la République sont toujours choisis d’avance par l’armée algérienne. Le poste le plus élevé qui peut être concédé à un kabyle, comme on l’a vu aussi dans le passé, c’est celui de Premier ministre ou de chef de gouvernement. Mais même concernant ce haut poste de responsabilité, il ne s’agit jamais d’un kabyle ayant grandi et ayant vécu en Kabylie. Il s’est agi dans tous les cas de kabyles étant nés et/ou ayant grandi en dehors de la Kabylie.

C’est le cas notamment de Ahmed Ouyahia mais aussi de Abdelmalek Sellal ou encore de Belaid Abdesselam. Même quand ils sont, en outre, désignés au poste de Premier ministre ou de celui de chef de gouvernement, leur mission se limite souvent à exécuter les sales besognes, comme tout le monde le sait d’ailleurs. Pour revenir à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, aucun des candidats à la candidature n’est kabyle. C’est le cas notamment des candidats qui ont, en quelque sorte de l’étoffe, selon les critères algériens. On peut en citer : Ali Benflis, Abdelmadjid Tebboune, Abdelakder Bengrina ou encore Abdelaziz Belaid. Ce sont, en tout cas, ces quatre personnalités politiques dont la candidature sera sans doute validée après l’opération de vérification des formulaires inhérents à la collecte des 50 000 signatures exigées par la loi.

Depuis l’indépendance de l’Algérie, la route a été toujours été barrée à toute personnalité kabyle ayant la stature de présidentiable. C’était le cas juste après 1962 avec Krim Belkacem mais aussi de Hocine Ait Ahmed. D’Ahmed Ben Bella à Abdelaziz Bouteflika, aucun président ayant pris les rênes du pays, après avoir été choisi par l’armée bien entendu, n’est kabyle. Et ce n’est pas demain la veille que les choses changeront.

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

  1. @loumis, Benflis participera au scrutin parce que les hommes de l’est et de l’ouest- dont le candidat n’est plus que l’otage de ces hommes de l’est- sont en concurrence- fictive- juste pour mettre en minorité le centre, l’Algérois et la Kabylie. Bien sur les KDS sont victimes de leurs servitudes et donc ils méritent leurs sorts, reste le fait que benflis guette the right moment. Ne croyez pas que les chaouis laisseront

  2. Permettez moi juste de rectifier une de vos affirmation ; En effet à,ce que je sache ,Benflis ne fait pas partie des personnalités qui veulent briguer la présidence illégitime du mois de décembre . Il s’est même opposé à cette élection bidon dont il a précisé qu’elle est loin de réunir toutes le conditions préalables :liberté d’expression , prisonniers politiques et déroulement truqué .Benflis a eu ses travers dont celui d’avoir participé a maints gouvernements FLN istes dont de nombreux responsables d’exactions en Kabylie mais il faut lui reconnaître au moins un certain courage d’opinion ce qui ne l’exempte pas de ses erreurs passées mais au moins, lui prends des risques en se mettant à dos un régime peu enclin au partage du pouvoir .Il n’est jamais trop tard pour bien faire .Toute info doit être vérifier et même si à un accusé on peut reprocher des fautes graves , inutile de lui en rajouter .

  3. A’ partir du moment où l’on accepte de vivre sous le joug d’un Etat arabe, qu’il soit dirigé par un Kabyle ou un arabe, cela ne change rien. Qui obeissait à l’Etat arabe assassinait des Kabyles pour asseoir les institutions arabes. C’est kifkif.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici