Avril 2010 : Tafsut à Paris et à Marseille

34

COMMUNIQUE (Tamurt) – Ce dernier se matérialisera, d’après le président du MAK-France, M Arezki Boussaid en : « une grève générale en Kabylie et des marches populaires qui s’ébranleront des villes de Tuβiret, Bougie et Tizi-Ouzou…».

Après avoir rendu hommage aux prisonniers politiques de Tafsut Imazighen, aux 400 morts Kabyles de la guerre de 1963 ainsi qu’aux 128 morts du printemps noir : «assassinés par la gendarmerie Algérienne», le
président du Mak-France a exprimé: « L’absolue nécessité pour la Kabylie d’accéder à son autonomie » M Arezki Boussaid a marqué la fin de son intervention en appelant au sit-in qui se déroulera devant l’ambassade d’Algérie à paris ce 20 Avril 2010.

La foule nombreuse, lors de ce dimanche, n’avait de cesse de se poser cette lancinante question : « est-ce que Ferhat Mehenni sera parmi nous ? » Précédé par une flopée de drapeaux kabyles portés par de
petits chérubins, en saluant l’Hymne Kabyle. Le président du MAK, M Ferhat Mehenni, a fait son apparition sous une large ovation. La liesse générale a couvert la sono qui émettait les dernières notes de cet hymne.

Apres avoir fait observer une minute de silence, en mémoire des morts de tous les combats de la Kabylie. Le président du MAK a appelé sur l’estrade les artistes à entonner l’hymne Kabyle, qu’il a composé.

Le discours qui s’en est suivi était d’une portée historique: « L’isolement de la Kabylie suite au malheur qui l’a frappée en 2001 nous a fait prendre conscience que nous sommes un peuple, le peuple Kabyle… ». Dans l’optique des manifestations en Kabylie : « le printemps de la liberté, dans les trois capitales de la Kabylie », il a également attiré l’attention sur l’éventualité d’une répression de la part du pouvoir central d’Alger lors de ces marches. Faisant référence au sentiment d’impunité caractéristique au pouvoir algérien, M. Ferhat Mehenni met en garde : « nous saurons frapper aux portes du tribunal pénal international », tout en lançant un ultimatum au pouvoir algérien quant à l’obtention d’un large statut d’autonomie : « nous avons décidé de doter la Kabylie et son peuple d’un Gouvernement Provisoire Kabyle ». Ferhat Mehenni terminera son discours par ces mots : « ce que vivra la Kabylie, le 20 Avril prochain, sera historique et le peuple Kabyle, quoi qu’il arrive, ira vers sa liberté. »

Il va sans dire que la foule avait accompagné ces discours en scandant et ce tout le long du rassemblement, le fameux : « Kabylie Autonome ! » En préambule à la vague autonomiste qu’attendait cette marée humaine, chaque association présente avait eu droit, à 3 minutes de temps de parole. Elles ont exprimé leur soutien à la Kabylie. Parmi elles l’association des taxis Kabyles de Paris, dont le porte-parole M Kamal Umessaoud a fait une déclaration très applaudie; l’association Tikli de Kamal Saadi et le Cerak de Malika Baraka. Notons également la présence d’autres associations qui activent dans le domaine Berbère tel que
Tafarka et Tamazgha.

En ce dimanche ensoleillé, on pouvait observer la grande banderole du MAK : « Halte à la répression en Kabylie », la prolifération des drapeaux kabyles, ces bandeaux jaunes portés par les enfants et les adultes, avec l’inscription « Kabylie libre ». Le brandissement par les Kabyles du portrait de Ferhat Mehenni. Une reconnaissance populaire pour ce leader; charismatique, du Combat pour l’autonomie de la Kabylie.

Le rassemblement s’est dispersé dans le calme, après que des tracts, appelant au sit in devant l’ambassade d’Algérie le 20 Avril 210, aient été distribués par les militants du MAK.

De Paris, Firman LALILI

Et à Marseille

Le rassemblement s’est déroulé à la place Léon Blum aux Mobiles, en haut de la Canebière. Les gens commençaient à arriver aux environs de 13 h 30. Il y avait plus de 500 personnes. Les interventions des représentants des associations signataires ont commencé à partir de 15h après avoir observé une minute de silence et la lecture de la déclaration par Sai Hasna.

On a constaté la présence de nombreux artistes installés à Marseille, comme Ali Ferhati, Bélaid Texas, Ait Ali. Il y avait également des personnes de tous les âges. Les plus remarquées furent les vieilles femmes en tenue traditionnelle.

Était présente aussi Malika du MAK qui a déclamé les paroles de l’hymne de la Kabylie. Des associations amies sont venues en force soutenir le Mouvement kabyle, comme les Kurdes et les Occitans.

Des jeunes acharnés n’ont pas manqué l’occasion de crier leur colère en scandant : « Assa azekka, tamazight tella tella ! », « Corrigez l’Histoire, l’Algérie n’est pas arabe »

De Marseille, Nora Amara