Azul, Good Morning Radio Tamurt !

14
Radio Tamurt

KABYLIE (Diaspora) – Le souci de doter la Kabylie de moyens d’expression toujours plus adaptés aux exigences de notre culture et de l’époque, nous a tout naturellement décidé d’accepter une excellente idée que Muhand et Karim nous avaient soumise. Cette initiative consistait à s’appuyer sur le journal tamurt.info pour lancer une radio. Persuadés qu’un tel espace d’expression contribuera à atténuer la soif de s’exprimer que la Kabylie essaie d’assouvir dans un désert de libertés que l’Algérie indépendante a graduellement bâti à coups de baïonnettes, nous ne pouvions qu’accueillir favorablement cette proposition en entretenant l’espoir de voir se construire autour d’elle un espace ouvert aux mutations que traversent tamurt nneɣ, la Kabylie.

De la sorte, nous œuvrons concrètement à contourner la suffocante réprobation du sérail d’Alger dès qu’il est question d’émancipation de la culture kabyle en particulier et des cultures dont regorge l’Algérie en général. Le délire suicidaire qui consiste à imposer l’arabe aux Kabyles et l’islam comme unique religion de la Kabylie nous révolte à outrance et nous pousse à puiser dans nos instincts de survie les moyens adéquats pour résister à cette politique ethnocidaire. Une politique aux conséquences désastreuses initiée par des arabo-baathistes que l’histoire a condamnés sans appel et que nos mythomanes au pouvoir refusent d’admettre en se camouflant derrière un pseudo pluralisme qui ne trompe plus personne.

Cet ethnocide se manifeste en premier lieu par le musellement de tous les espaces d’expression qui échappent au pouvoir. Radio Soumam bien qu’étatique dérange du seul fait que certains animatrices et animateurs manient la langue de Si Muh u Mhend et de Dda Lmulud. Radio Djurdjura ne sera lancée que lorsque les usurpateurs d’Alger aidés par leurs relais locaux auront la certitude que son contrôle ne leur échappera point. Cependant, ce même pouvoir, pour redorer son blason, organise des festivités en Kabylie à l’instar du festival du film amazigh, qui vient de s’achever à Tizi-Wezzu, où il distribue à tour de bras l’argent en guise de récompense pour de prétendues performances culturelles. Ce sont ceux-la même qui, en 2001, avaient abattu à bout portant 128 de nos jeunes et dont les mains seront indélébilement entachées de sang, qui sponsorisent ce festival. Sous le haut patronage de celui qui a juré que jamais la langue kabyle (tamazight) ne sera langue officielle dans l’Algérie indépendante, ce festival ne peut être qu’un leurre qui présage d’autres coups plus durs à l’encontre de notre identité. Comment peut-on ne pas voir dans cet argent un poison dissimulé dans du miel ? Quel Kabyle doute encore du génocide culturel que le pouvoir a enclenché contre la Kabylie ? L’écrasante majorité d’entre nous n’attend plus rien de ce pouvoir. Il nous reste juste à éviter le laxisme et l’esprit désinvolte que nous entretenons des fois vis-à-vis de notre langue et culture.

Nos comportements, nos réactions, nos aptitudes, les moyens de défense à adopter contre la volonté de normalisation cachée derrière la politique d’arabisation et d’islamisation de la Kabylie seront sans nul doute le fil conducteur de beaucoup d’émissions de débats et d’informations que nos animatrices et animateurs sauront vous prodiguer. Ceci dit, la grille des programmes sera étoffée par un contenu intergénérationnel divertissant. Nous ferons tout pour que Radio Tamurt soit le porte-voix de la Kabylie et des Kabyles de par le monde.

En attendant vos suggestions et remarques, nous vous invitons à prendre part à la cérémonie d’ouverture sus-citée en vous inscrivant d’ores et déjà sur :
– Skype : Radio.Tamurt

– Email : radio@tamurt.info

– Site : http://radio.tamurt.info

 
Lyazid Abid