Les Balloul, sont-ils le mal du FFS?

2
FFS après Ait Ahmed
FFS après Ait Ahmed

KABYLIE (Tamurt) – Les membres de la famille Balloul, plus particulièrement Karim et Azziz, beaux-frères de Hocines Aït Ahmed, mènent le FFS directement à la tombe. Déjà depus le début des années 2000, ils décidaient presque de tout au sein du FFS, puisque Aït Ahmed leur avait confié le parti. Depuis et jusqu’à la mort Aït Ahmed, ils agissaient dans l’ombre, mais depuis la disparition d’Aït Ahmed ils se sont accaparés du FFS pour le gérer comme leur propre entreprise familiale. 

Pis encore, les connivences des Balloul avec Saïd Bouteflika n’est plus à démontrer. Le FFS participe systématiquement aux élections et ne critique plus le régime. D’ailleurs, pour récompense, se sont les Balloul qui gèrent le marché des archives de l’armée algérienne, avec un contrat de plusieurs milliards de dinars.

Au sein du FFS, Azziz et Karim, radient chaque militant ou élu qui ose les contredire. Les premières victimes étaient Karim Tabbou, Ahmed Djedai, Ahmed Bettatache, Rachid Halet et plus récemment Ali Laskri. “Les Balloul sont le mal du FFS”, résume la situation un élu FFS à l’APW de Tizi-Ouzou.

Effectivement, c’est le cas. Les militants de ce parti réclament le départ des députés Azziz et Karim Balloul et la restitution du parti aux vrais militants.

Ravah Amokrane