Bessaieh conseiller spécial, Ghoul renvoyé chez lui … que fait le clan à Boutef?

5
GHOUL Amar

ALGERIE (Tamurt) – Boualem Bessaieh, ancien président du conseil constitutionnel est nommé conseiller spécial du président et son représentant personnel. Il est vrai qu’il est d’El Bayedh, au sud de Saida, soit de la même région que Bouteflika, mais cela ne justifie en rien sa désignation à l’âge de 80 ans à ce poste. C’est au même moment que le gouvernement est remanié mais partiellement mais lequel fait plutôt penser à un règlement de comptes entre clans.

Sellal a remanié partiellement son gouvernement en mettant dehors celui qui est resté le plus longtemps au poste de ministre après Aboubakr Benbouzid, l’islamiste Amar Ghoul en l’occurrence. Valet de son altesse Boutef, Amar serait-il écarté par rapport aux parties de foot ball qu’il dit avoir jouées avec le général Toufik, destitué depuis quelques mois, par le clan présidentiel ?

En effet, il avait déclaré par le passé qu’il était en bons termes avec le patron de la sécurité militaire avec lequel il jouait au foot ball. Mais depuis, ce chef du DRS a été dégommé par le clan de Bouteflika qui semble avoir pris le dessus. Donc c’est l’effet de dominos et toute la chaîne doit tomber à commencer par ses assistants, quelques généraux et colonels qui ont, déjà, payé les frais et suivront, assurément, les membres du gouvernement qu’il a, lui-même, placés.

Dans le clan fort du moment, le patron du FLN y joue, apparemment, un rôle important. Bien qu’il n’ait pas pu mettre son rival, le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, en congé forcé, il a pu, quand même, faire virer du gouvernement, quelques uns de ses opposants, à l‘image du ministre des relations avec le parlement, Tahar Khaoua, qu’il fera remplacer par l’une des députées de son parti, Ghania Eddalia. Même Sid  Ahmed Ferroukhi, ministre de l’agriculture, n’a pas échappé à la sentence. il a été viré et remplacé par son secrétaire général.  Saadani serait-il derrière lui ? Ne l’a-t-il pas qualifié d’arriéré en gestion du secteur?

Ce qui est sur, ce remaniement gouvernemental laisse supposer que le remplaçant de Bouteflika n’est pas encore connu malgré la nomination de Boualem Bessaieh au poste de conseiller spécial et représentant personnel. Le clan présidentiel ne sait plus quoi faire pour trouver une solution à la vacance de pouvoir. Il se passe, probablement, beaucoup de choses du côté d’El Mouradia.

Amaynut